Parlement wallon

Défis logement : il va falloir foncier !

Défis logement : il va falloir foncier !

Fotolia

Créer 160 000 logements d’ici 10 ans: un défi de taille. Et il y en a d’autres. Le logement s’est invité au Parlement wallon au fil de 29 auditions. Et…?

Au départ, c’est une proposition de résolution «invitant le gouvernement wallon à lancer un programme exceptionnel de création et d’entretien de logements ». Porté par le député PS Edmund Stoffels, le texte a pris des allures de plan global bien dense. De quoi alimenter facilement 29 auditions au Parlement wallon (en janvier, ces auditions ont occupé 4 jeudis d’affilée). Et dans un second temps, il y a de quoi meubler deux législatures. Minimum.

1. L’idée centrale: investir À l’heure de l’austérité, la porte de sortie pourrait justement prendre la forme d’une politique d’investissements ambitieuse. «On vise la réindustrialisation de la Wallonie. Une des pistes doit être le logement », martèle Edmund Stoffels. Qui évalue le potentiel de création d’emplois à 30 000 unités pendant 10 ans.

2.160 000 logements d’ici 2025 Il y a un énorme pari à relever: l’évolution démographique, qui va amener la Wallonie à accueillir 300 000 personnes de plus d’ici une dizaine d’années. « Il va manquer 110 000 logements d’ici 10 ans et 160 000 d’ici 2025 (dont 50 000 logements publics). Deux tiers d’appartements…», rappelle-t-il. Il faut s’adapter à des profils aussi divers que les familles monoparentales, les isolés, les familles recomposées…

3. Les risques sociaux L’évolution est aussi sociale. Les logements sont de plus en plus chers (loyers, prêts, durée des crédits, facture énergétique), pour une population qui se paupérise. «Comment vont se loger les 300 000 ménages dont le revenu annuel est inférieur à 10 000€? » s’inquiète le député. Avec quel niveau de qualité et de salubrité? «Surtout pour les locataires, de plus en plus nombreux…»

4. 800 000 logements à rénover Selon le député PS, on s’y prend à l’envers dans la politique wallonne. «Avant d’évaluer le pourcentage d’énergie renouvelable à produire, il faut donner priorité à l’utilisation rationnelle de l’énergie». Ce qui implique, entre autres, de moderniser 800 000 logements sur deux législatures pour réduire la facture énergétique de ces logements construits à une époque où le coût de l’énergie n’était pas un problème.