Comment financer ce plan? Edmund Stoffels propose de ne rien négliger et de mobiliser toutes les forces. Via des financements alternatifs, par exemple: on pourrait autoriser des opérations «bons d’État» du Centre régional d’aide aux communes, des recours aux Sicafi, Sicav, fonds de pension, assurances… «Il y a toute une épargne à réorienter du mobilier vers l’immobilier». Il suggère d’élargir le crédit 0% des «écopacks» aux impératifs de sécurité et de salubrité des logements, d’offrir un régime fiscal attractif pour les investisseurs privés (en ce compris les particuliers), d’aller davantage chercher des cofinancements européens « trop peu exploités aujourd’hui »… «Il faut que tout le monde s’investisse: le public, le secteur privé, les partenaires sociaux, patrons et syndicats. Pourquoi les syndicats? Pour aider les patrons à maîtriser le dumping social dans le secteur», explique le député PS.

Qui a appris avec satisfaction que le ministre Nollet (Logement) avait demandé à la responsable de la Société wallonne du Crédit social (SWCS) d’examiner la possibilité de devenir non pas une banque publique, mais un instrument financier. «Une manière de se financer directement auprès de la Banque centrale européenne, à des taux incomparables. De quoi renforcer la quote-part du public… »P.S.