Ligue des Champions - 1/8 de finale : match aller

Paris prêt pour les choses sérieuses

Paris prêt pour les choses sérieuses

Anderlecht et les autres opposants de la phase de groupe ont constitué une entrée pour le PSG. Reporters / Abaca

Lancé sur la voie du titre en France, le PSG peut se concentrer sur une Ligue des Champions où il est favori, ce soir, face à des Allemands qui doutent.B. LeverkusenCe soirPSG20h45

Nanti d’une confortable avance en tête de la Ligue 1, le PSG, qui est monté en puissance ces dernières semaines, renoue à point nommé avec son objectif ultime, ce soir.

Après un mois de janvier chargé, difficile pour les jambes mais aussi pour les têtes, de l’aveu même de Laurent Blanc qui évoquait la semaine passée une «fatigue mentale », le PSG a enfin retrouvé de l’allant et de la fraîcheur. Les Parisiens ont en effet disposé avec sérieux, envie, mais pas mal de déchet aussi, du Valenciennes (3-0) d’Ariel Jacobs, vendredi, et semblent avoir enfin digéré l’exigeant stage de fin d’année à Doha visant à leur assurer une forme optimale en avril-mai.

En début de saison les objectifs fixés ont été clairs : conserver le titre de champion de France, remporter une Coupe nationale, et faire au moins aussi bien que la saison passée en C1 où le PSG avait été éliminé avec les honneurs par le Barça en quart de finale.

S’agissant du défi continental, la prudence reste encore de mise en terme de communication, mais il ne faut pas s’y fier : l’ambition du PSG est immense, à l’image des moyens dont disposent ses propriétaires pour bâtir l’équipe qui parviendra à réaliser leur rêve.

Un rêve qui passe d’abord par Leverkusen, face à une formation actuellement en plein doute et loin de celle qui avait tenu tête au Bayern (1-1) début octobre et s’était imposée à Dortmund (0-1) deux mois plus tard.

Pastore ou Lavezzi ?

Hier, en conférence de presse, le capitaine du Bayer Simon Rolfes a d’ailleurs volontiers refilé au PSG le costume de favori. «Nous sommes dans la peau du challenger, Paris a beaucoup investi, a une grande ambition, il est donc le favori, mais nous essaierons de repousser nos limites

L’entraîneur Sami Hyypia, l’ancien central de Liverpool notamment, s’attend lui « à voir beaucoup de classe individuelle», en premier lieu chez Ibrahimovic, « un joueur de top niveau. On peut en tant que défenseur faire le match parfait, mais lui reste capable de marquer à tout moment. »

«À nous de trouver les solutions collectives», a préconisé le Finlandais qui aura à sa disposition un effectif presque au complet (seul Emre Can est suspendu), avec notamment le défenseur bosnien et ancien pensionnaire de D1 française Emir Spahic, un temps incertain.

Toujours privé de Cavani, qui a recommencé à courir, Blanc devrait lui reconduire le onze qui lui offre le plus de garantie depuis le début de saison, avec notamment Alex associé à Thiago Silva en charnière centrale et son trio du milieu Verratti-Motta-Matuidi.

En attaque, aux côtés de Zlatan, Lucas occupera le flanc droit. Un doute subsiste en revanche pour le flanc gauche, Pastore et Lavezzi étant en concurrence.

Soit Blanc sent que son équipe est forte et lance «El Flaco» dans un registre de meneur-passeur où il semble renaître en ce début d’année, soit il préfère s’appuyer sur «El Pocho» qui a plus de déchet technique ou dans la finition, mais qui compense par une débauche d’énergie et un pressing défensif utiles lors des joutes européennes.

Quelle que soit la composition d’équipe, il faudra que Paris ne s’amuse surtout pas à gâcher les occasions. Ce qui est apparu comme un péché mignon sans fâcheuse conséquence contre Valenciennes, pourrait ne pas pardonner face à un Bayer devant son public.