article abonné offert

Division 1 nationale dames

« Pas le vrai Namur »

Depuis dimanche soir, Namur a abandonné la première place du classement. Il faudrait un fameux concours de circonstances favorables pour que les championnes en titre la récupèrent d’ici la fin de la phase classique. On voit mal en effet comment Braine pourrait perdre ce leadership qu’il conteste depuis le début de saison. «Si on me l’avait dit, je ne l’aurais pas cru, abondait Thibaut Petit. Je ne m’attendais pas non plus à ce que notre victoire se dessine aussi vite. Namur, même à cinq, ça reste Namur. Je pensais plutôt faire la différence dans le troisième quart, grâce à nos rotations. On ne doit pas perdre de vue que ce soir on n’a pas vu le vrai Namur. On a simplement vu un Namur jouer très large. Ce qui nous a surpris. Franchement, je ne pensais pas faire aussi vite la différence. » Ce fut pourtant le cas. Namur a surnagé pendant les dix premières minutes avant de sombrer après la mi-temps. Désormais, les Namuroises le savent. Si elles veulent conserver leur couronne, c’est à Braine qu’elles devront venir la chercher. Et si c’est comme dimanche soir, c’est à six contre cinq qu’elles devront le faire. Braine dispose d’un soutien d’un parterre de supporters en demande depuis de trop nombreuses années. Avec ce sixième homme derrière elles, les Brabançonnes ont désormais bien plus que l’avantage du terrain. Elles ont carrément le vent en poupe. En attendant, Namur devra faire le gros dos pour tenter de rejoindre la dernière journée sans la moindre casse avec deux fois Boom en coupe, à Wavre-Sainte-Caterine et contre Waregem. Pas simple. Il va falloir gérer et espérer qu’il n’y ait plus une tuile en plus qui tombe du toit namurois. C’est bien pour cela que les Namuroises devront croiser les doigts jusqu’au 15 mars.