Buzz -

Dieudonné: quand Marine Le Pen tacle Myriam Leroy

Interview de Myriam Leroy à partir de la 7e minute

Myriam Leroy était l’invitée de Thierry Ardisson samedi dans «Salut les terriens!». L’occasion de revenir une nouvelle fois sur son clash avec Dieudonné mais aussi pour Marine Le Pen de tacler la chroniqueuse belge.

La chroniqueuse belge de Canal +, Myriam Leroy, était de passage sur le plateau de «Salut les terriens!» samedi. Raison de sa présence? Son clash avec l’humoriste Dieudonné.

«Ce qui a beaucoup boosté votre notoriété, c’est que vous vous en êtes prise à Dieudonné», lance d’ailleurs l’hôte, Thierry Ardisson (voir vidéo, à partir de 7'27).

En effet, le 29 novembre dernier, Myriam Leroy n’avait pas hésité à dire ce qu’elle pensait de l’humoriste controversé: «Dieudonné, tu nous fatigues [...] Ton avis sur la Shoah, sur la démocratie, sur les médias et le fameux complot judéo-maçonnique mondial, je te propose de le rouler en petite boule bien serrée, de l’humecter légèrement et de te l’insérer délicatement dans le rectum d’où il n’aurait jamais dû sortir.»

Une chronique choc que Myriam Leroy n’avait, semble-t-il, jamais vue. «Vous vous trouvez comment?», demande alors Thierry Ardisson, après avoir visionné la séquence. «Mal maquillée», répond la chroniqueuse avant d’expliquer qu’elle n’a jamais vu non plus la réaction de Dieudonné. Ce dernier lui avait en effet sèchement répondu le 5 décembre dernier via une capsule vidéo.

« La petite boulette dans le rectum, ce n’est pas la grande classe ! »

«Je ne l’avais pas vu. Je la découvre. C’est comment dire, sexiste, vulgaire», réagit Myriam Leroy, qui explique avoir reçu des insultes et une menace par téléphone suite à sa chronique.

Et Marine Le Pen, invitée également sur le plateau, de s’exprimer: «Je veux dire, en matière de vulgarité, la petite boulette qu’on se met dans le rectum, ce n’est pas la grande classe quand même!». Et Bam!

«Bah, c’est la notice d’un suppositoire», répond Myriam Leroy. « Je trouve que tout ça, çà se vaut quand même», rétorque la présidente du FN.

Thierry Ardisson décide alors de faire réagir Marine Le Pen sur l’affaire Dieudonné: «Je ne me positionne pas là-dessus. C’est mon côté avocat. Dans une démocratie, on peut condamner a posteriori des propos qui ont été tenus, mais si on interdit a priori, ça s’appelle de la censure et c’est réservé à des pays totalitaires.»

Début janvier, le spectacle de Dieudonné, «Le Mur», avait été interdit dans plusieurs salles de spectacle en France.

«Le problème de Dieudonné, c’est qu’on a mis très longtemps à le punir», lance Thierry Ardisson. «Mais mon pauvre Monsieur, il y a 80 000 personnes qui sont condamnés à moins de deux ans de prison ferme. 80 000 peines qui ne sont pas exécutées. Il fait partie des 80 000 c’est tout», conclut Marine Le Pen.

Nos dernières videos