JO 2014 -

Un jour à Sotchi : grave blessure, médaille sur le fil et remerciements

Un jour à Sotchi : grave blessure, médaille sur le fil et remerciements

3/1000e de seconde ont suffi à Zbigniew Brodka pour décrocher la médaille d’or. AFP

Cette nouvelle journé e des JO de Sotchi aurait été marquée par la grave blessure de Maria Komissarova et par l’écart minime grâce auquel le Polonais Zbigniew Brodka a remporté l’or en patinage de vitesse.

Fait du jour

La grave blessure de Maria Komissarova. La Russe de 23 ans a été sérieusement touchée à la colonne vertébrale lors d’un entraînement de skicross samedi, une discipline où les risques sont omniprésents. Samedi soir à 21h00 locales (17h00 GMT), la Fédération russe de freestyle (FFR)a qualifié son état de «sérieux et stable», soulignant que l’athlète est «consciente». La skieuse est tombée dans une série de bosses sur le parcours olympique de skicross de Rosa Khoutor.

Elle a ensuite été transportée d’urgence à l’hôpital de Krasnaïa Poliana, construit spécialement pour les JO, et a subi une intervention chirurgicale avec succès, selon le CIO. L’opération a duré six heures, selon l’agence officielle Itar-Tass. Selon l’agence russe R-Sport, Komissarova souffrirait d’une fracture au niveau de la colonne vertébrale, avec déplacement. Le président du CIO, Thomas Bach, cité par l’agence Ria Novosti, a déclaré à des journalistes que, selon de premières informations, cet accident n’était «en rien lié aux infrastructures et à l’état de la neige».

Chiffre du jour

3/1000e de seconde, l’écart entre le Polonais Zbigniew Brodka et le Néerlandais Koen Verweij au terme du 1500 m messieurs de patinage de vitesse. Brodka, dont le meilleur résultat dans un grand rendez-vous était jusque là sa 5e place des Championnats du monde 2013 sur cette même piste, a surpris tout le monde et surtout les Néerlandais qui avaient monopolisé les titres masculins jusque-là.

Son dauphin Verweij qui s’élançait dans la dernière paire, a cru un temps être champion olympique, avant de découvrir la cruelle réalité sur l’écran géant de l’Adler Arena. 3/1000e de seconde, soit 39 mm, le sépare du titre olympique, le premier remporté par un Polonais en patinage de vitesse. C’est la première fois depuis 2006, date de la prise en compte des millièmes de seconde pour le chronométrage du patinage de vitesse aux JO, qu’un écart aussi faible est enregistré.

Phrase du jour

«Je dois louer l’entraîneur qui a tracé la course». L’Autrichienne Anna Fenninger pouvait en effet dire merci à son entraîneur Florian Winkler d’avoir tracé un super-G qui s’est avéré être une véritable souricière dans laquelle sont tombées sept des huit premières coureuses au départ. Fenninger a pris l’or et sa compatriote Nicole Hosp le bronze.

Tweet du jour

«Bylsma: I aged a couple years in that shootout tonight #DawnsEarlyLight» («Bylsma: J’ai vieilli de quelques années pendant les tirs au but ce soir») La Fédération américaine de hockey n’a pas résisté à tweeter les mots de l’entraîneur Dan Bylsma, après la victoire de ses «boys» contre les Russes au terme d’une séance de tirs au but interminable.

Bylsma peut dire merci à T.J. Oshie pour avoir sorti les Américains de l’impasse (2-2 a.p.). L’entraîneur a envoyé son attaquant six fois devant le gardien russe, sur huit tirs au but. Résultat: les quatre buts d’une séance à suspense remportée par les Etats-Unis.