INSOLITE

Tient-on l'Eric Moussambani des JO de Sotchi?

"L'important, c'est de participer", disait le baron de Coubertin. Une devise olympique qui convient à merveille à Roberto Carcelen...

+ Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport

Les Jeux olympiques foisonnent de ce genre de belles histoires insolites. Comme celle d'Eric Moussambani, ce nageur de Guinée équatoriale qui avait péniblement effectué, seul, ses deux longueurs dans une compétition de natation aux JO de Sydney. Prestation qui avait valu un fou rire mémorable aux commentaires français.

L'aventure de Roberto Carcelen lui est quelque peu similaire. Ce skieur péruvien de 43 ans était devenu à Vancouver en 2010 le premier représentant de son pays aux JO d'hiver. Engagé à Sotchi sur le 15 km style classique de ski de fond, il a bouclé sa course en 1h06. Un chrono qui lui a valu la 87e et dernière place, largué à près de 28 minutes du vainqueur, le Suisse Dario Cologna, et même à dix minutes de l'avant-dernier. Pas de quoi lui enlever le sourire. Soutenu par le public, Carcelen a été se saisir fièrement d'un drapeau péruvien avant de franchir la ligne et d'être chaleureusement accueilli par ses concurrents, dont Cologna himself! L'esprit olympique comme on l'aime.

D'autant plus que le valeureux Péruvien souffrait d'une grave blessure: "Je suis très satisfait. Il y a deux semaines je me suis brisé deux côtes, et à la veille de la course j'ai attrapé froid. J'ai vraiment beaucoup souffert." Comment dit-on "chapeau!", en espagnol?

+ Voir la vidéo