cyclisme - Tour du Qatar

La der à Démare, le Tour à Terpstra

La der à Démare, le Tour à Terpstra

Arnaud Démare avait de quoi savourer sa première victoire de la saison, hier à Doha. Belga

Arnaud Démare (FDJ)a ouvert son compteur à l’issue de la dernière étape du Tourdu Qatar, remportépar Niki Terpstra.

Terpstra, le leader, sauf accident, n’avait plus rien à craindre de cette dernière étape au Qatar, d’autant que son équipe, Tom Boonen en tête, s’était promis de le protéger. On se doute bien que les sprinters songeaient dès lors à enrichir leur palmarès sur la Corniche de Doha. À ce petit jeu, c’est Arnaud Démare, le sprinter de la FDJ, qui a fait la nique à tout le monde. S’il a perdu ses équipiers dans le dernier virage, à 1,4 km de l’arrivée, il a su se débrouiller seul pour sprinter plein centre et l’emporter aisément. Pas mal joué, face aux autres costauds.

« Ce n’est pas une surprise, disait-il dans un grand sourire, j’ai de bonnes jambes depuis le début de la semaine. Ici, c’est délicat avec le vent, avec toutes les équipes qui sont très bien organisées mais j’ai su me débrouiller. Ce n’est pas trop dans mon habitude de ne pas être emmené par mes équipiers mais ce n’était pas facile de rester ensemble. C’est au début du dernier tour que tout s’est joué. Murilo (Fischer) et Laurent (Mangel) ont fait un très bon travail. Puis Yoann (Offredo) est resté derrière moi avec Mika (Delage) pour me protéger. On s’est perdu dans le dernier virage mais j’ai su me débrouiller tout seul, je suis content. Je me suis bien lancé dans la roue des Tinkoff-Saxo, j’ai su profiter d’une petite faille et j’ai gagné…»

Aussi simple que cela… Tout comme le Tour du Qatar de l’équipe Omega Pharma Quick Step, qui en est, depuis hier, à son septième succès final (4 fois Boonen, Cretskens, Cavendish et Terpstra).

«Finalement, j’y suis arrivé, s’extasiait Terpstra. J’en suis heureux parce que c’était stressant . Surtout quand il y avait du vent dans le désert. Cela n’a l’air de rien, mais pour moi, cette victoire est importante parce que c’est la première fois que je gagne une épreuve par étapes de six jours. Après ma victoire dans la première étape, il ne me restait plus qu’à suivre les gars de l’équipe. Chacun d’entre eux était au top niveau, et d’un grand calme. C’est aussi pour cela qu’on gagne le classement par équipes. Maintenant, je vais parfaire un peu plus ma condition à Oman, alors que je serai au service de Boonen pour ses classiques d’avril.»D.M.