Un groupe, spécialisé dans les voiries, devient actionnaire principal de la société de construction.

Guy Hardenne et les autres actionnaires du groupe T-Palm, spécialisé dans la construction, ont signé une transaction vendredi prévoyant de céder le contrôle du groupe à un entrepreneur de la Basse-Meuse, rapporte le Trends sur son site internet.

L’acquéreur des actions est en fait une holding créée pour la circonstance: T Palm Holding. Derrière cette holding basée à Oupeye (Visé), se trouvent Thami Laraki et une autre holding basée à Luxembourg (Holding d’investissements en constructions du Luxembourg).

Thami Laraki est déjà à la tête d’une petite constellation de sociétés actives dans le secteur de la construction et basées dans le zoning des Hauts-Sarts (Herstal). Il est également impliqué dans l’ASBL «Basse-Meuse Développement», précise le magazine.

Le rachat fait craindre au syndicat FGTB une détérioration du climat social «qui a toujours été très bon au sein de l’entreprise et ce respect mutuel avec une volonté de dialogue dans le chef des responsables de T Palm risque de disparaître», avance Christian Jacquemin, président de la FGTB Verviers et Communauté germanophone.

Confiance et dialogue social

Les syndicats veulent obtenir de la part des nouveaux actionnaires de l’entreprise theutoise les gages de confiance afin de préserver le dialogue social qui a toujours existé au sein d’un groupe qui fêtera son 50e anniversaire l’année prochaine.

Les responsables syndicaux estiment néanmoins que les dispositions dans lesquelles se trouvent les nouveaux investisseurs sont bonnes. «Ils veulent d’abord comprendre et connaître l’entreprise avant de la pérenniser et de la développer raison pour laquelle nous ne craignons pas pour l’emploi», relève Christian Jacquemin.

Ce dernier souhaite cependant que la conciliation au sein de l’entreprise puisse perdurer « car la méthode est certainement différente au sein du groupe SI-HBEL SA, spécialisée dans les voiries.»

T Palm emploie 600 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 85 millions d’euros. 20% de cette somme est issue du marché flamand.