Libres pensées

De la libre circulation des morts en Eurométropole…

C’est presque trop caricatural pour être vrai, mais l’anecdote développée dans les colonnes d’un confrère bruxellois pourrait être qualifiée de «croustillante» si elle n’avait trait à des cadavres. L’histoire: un résident français en maison de repos dans la région du Tournaisis vient à décéder. La famille se présente au home et embarque le corps du défunt, malgré le refus énergique des gestionnaires de l’institution belge. Pourquoi une telle volonté de rapatrier au plus vite et par leurs propres moyens le défunt? Pour s’éviter une dépense de près de 500€!

Une convention signée à Berlin en 1937 réglemente la libre circulation des morts (!), sauf pour les régions frontalières. Là, comme l’explique un responsable tournaisien de pompes funèbres, «Lorsque nous devons transférer un corps de Belgique vers la France, nous devons installer un bac en zinc entre la structure en bois et le capitonnage décoratif […] C’est absolument ridicule. Les autres pays limitrophes n’ont pas d’exigences du genre. Vous imaginez ce que l’on impose aux familles pour, parfois, parcourir trois malheureux kilomètres avec le corps».

Le plus fou dans cette histoire, c’est qu’elle se produit chez nous, au cœur de cette merveilleuse Eurométropole dont on nous rabâche les oreilles à longueur de colloques, congrès, séminaires, on en passe et de plus onéreux.

Pensée unique, version gauche catho

À l’occasion de la présentation des vœux, le MOC a naturellement évoqué les élections de mai prochain. Le Mouvement Ouvrier Chrétien mènera sa campagne sous l’intitulé «Donner les clés» pour nous permettre de comprendre les discours politiques. Si l’intention est louable, elle a quand même un désagréable arrière-goût de «laissez venir à nous les petits moutons».

L’arrière-goût devient brûlure d’estomac lorsqu’on apprend que le MOC s’interroge toujours sur l’opportunité d’élargir ses cénacles de la bonne parole à d’autres partis que ceux de l’Olivier (cdH, PS et Écolo). Donc, si on comprend bien: ok pour «donner les clés», mais uniquement celles qui permettent d’aller là où on vous dit d’aller et surtout n’essayez de regarder ailleurs. Bref, le concept de pensée unique de la gauche catho, avec une bonne dose de mauvaise foi!

Sourds, muets et incurables

Peut-être prêtez-vous attention, à l’occasion ou systématiquement, au petit sondage que nous publions chaque jour en dernière page de notre journal. Lundi matin, le thème était «Une opération pilote teste une taxe au kilomètre pour les automobilistes». Une des trois options proposées a recueilli 92% des suffrages: «Encore un moyen de nous taxer davantage».

Deux remarques sur les chiffres. Tout d’abord un tel pourcentage est tout à fait exceptionnel, comme l’est tout autant le nombre de participants au vote: 8 435 internautes.

Comme vous le savez, dans le même temps, une pétition circule sur la toile, pétition qui a déjà recueilli près de 170 000 signatures.

Si après de telles levées spontanées de boucliers, nos politiciens surtout wallons ne s’interdisent pas d’encore prononcer le mot «taxes» ou ne réalisent pas que les citrons en ont marre d’être pressés, c’est vraiment qu’ils sont sourds, muets et incurables.

Circulez, il n’y a rien à voir (à Lessines)

Les mandataires communaux de Lessines se sont émus, à raison sans doute, de la «disparition» de leur ville en tant que «pôle touristique» dans le projet de Schéma de développement de l’espace régional (SDER). Émotion parce que l’Hôpital Notre-Dame à la Rose, ce n’est quand même pas rien sur le plan patrimonial. Et ce n’est pas rien non plus au regard des investissements publics (européens, wallons et locaux) qui y ont été consentis ces dernières années, avec la volonté d’en faire un véritable «bijou touristique». À raison. Et on comprend donc le courroux lessinois.

Mais quand on dispose d’un tel outil touristique, il est sans doute malheureux d’en fermer les portes au grand public (visites individuelles) entre les mois de novembre et de mars, au-delà de quelques plages ponctuelles d’ouverture que les initiés découvrent sur le site web de l’Hôpital. On ne s’y prendrait pas autrement pour décourager celles et ceux qui souhaiteraient briser la monotonie d’un week-end hivernal le temps de quelques heures.

Ce n’est pas forcément en effet une belle après-midi ensoleillée de juin que M. et Mme Tout-le-Monde (et leurs enfants) choisiront pour visiter tel musée, lui préférant sans doute à cette époque un espace extérieur de détente.

Poutine de pub ou pub de Poutine

La réflexion de la semaine est d’un collègue: tout le monde dénonce l’exploitation que Poutine fait des J.O. d’hiver pour soigner son image et dans le même temps jamais les télévisions – publiques, RTBF et France Télévision en tête – n’ont consacré autant d’heures d’antenne à ces épreuves…

Allez comprendre. Enfin si, quand vous avez constaté le nombre d’écrans pub, vous avez vite compris…