POLEMIQUE

Destexhe : « Gunzig et Vizorek ? Des Dieudonné au parfum staliniste »

Destexhe : « Gunzig et Vizorek ? Des Dieudonné au parfum staliniste »

Alain Destexhe n’apprécie décidément pas que les chroniqueurs du «Café serré sur La Première se payent sa tête».

Début de semaine, Thomas Gunzig, chroniqueur dans Matin Première, s’était payé le scalp de l’invité, le député MR Alain Destexhe. En substance, il avait comparé le blog de celui-ci au film «Orange Mecanique», tant les propos du député, selon Gunzig, sont extrêmes et anxiogènes, dépeignant la Wallonie et Bruxelles comme de vrais coupe-gorge.

Alain Destexhe avait réagi en déclarant «Gunzig est le prototype du bobo bien pensant qui agit en toute impunité sur le service public».

Le lendemain, un autre chroniqueur, Alex Vizorek, en avait remis une couche, se moquant ouvertement de Destexhe et venant ainsi au secours de son collègue Gunzig.

La réaction du député MR ne s’est pas fait attendre. Sur son blog, il a publié un texte au picrate d’une violence certaine à l’égard des deux humoristes, qu’il compare... à Dieudonné.

«Ce qui est excessif est insignifiant. À la réflexion, l’un et l’autre m’ont fait penser à Dieudonné. Comme Dieudonné, Gunzig et Vizorek font davantage de la politique que de l’humour. Chacun pensera ce qu’il veut de la croisade qu’ils mènent contre moi. Le fait est qu’elle n’a pas fait rire grand monde. Comment rire d’un monologue qui suinte le mépris, voire la haine?»

Et de poursuivre: «Comme Dieudonné, Gunzig et Vizorek sont monomaniaques. Leurs cibles sont toujours les mêmes: les Juifs pour l’un, la «méchante droite» pour l’autre. Comme Dieudonné, Gunzig et Vizorek pratiquent des attaques ad hominem. Ils jettent leurs victimes en pâture au public : le journaliste d’origine Juive, Patrick Cohen chez Dieudonné, ma modeste personne chez Gunzig et Vizorek».

Destexhe accuse également les deux chroniqueurs de parti pris gauchisant au discours anti-droite.

«Quel contraste avec la récente chronique consacrée à Philippe Moureaux quand on est entre camarades du même bord. Toute la chronique sur Moureaux est consacrée à ... Maggie De Block , cette «grosse dame» (ha, ha, ha) qui veut «prendre un Afghan par la main, une main qui se fera couper demain» (ha, ha ha,). En fait de talibans, Moureaux ferait une bonne cible pour un humoriste talentueux mais dans la famille on est de Gauche, monsieur, et on se ménage. Et face à Vervoort, Vizorek ne parle presque que de moi. Leur «humour corrosif» est aux abonnés absents quand ils se trouvent face à un des leurs».

Et Destexhe de conclure tout en nuances:

«Je ne demande évidemment pas l’interdiction des prestations payées par le contribuable de Gunzig et Vizorek. Je suis un farouche défenseur de la liberté d’expression. Je souhaite simplement que les deux compères soient enfin considérés pour ce qu’ils sont : deux militants politiques qui lepénisent et insultent tous ceux qui s’écartent du politiquement correct. Mêmes méthodes que Dieudonné. Sans oublier un petit parfum de stalinisme. Mais après tout, mieux vaut peut-être en rire…»

Tout ce qui excessif est insignifiant disait-il...

Nos dernières videos