Le marché des terres agricoles (libres et occupées) explose depuis quelques années. Et ça a tendance à s’intensifier encore, constatent les notaires de la région. «Les terres libres d’occupation sont très rares sur le marché alors que la demande reste constante. De grosses entreprises agricoles ont tendance à absorber des fermes de plus petite taille», indique le notaire Bernard Dogot (Celles). Dès 2009, quelques gros exploitants ont fait exploser les prix en acquérant des parcelles. Ça a eu un effet boule de neige sur le marché, à tel point que des terres agricoles vendues entre 12 000 et 13 000€ l’hectare il y a quelques années partent aujourd’hui pour 25 000€ voire bien plus encore.