article abonné offert

Les riverains ont accueilli les enfants chez eux

Elle a entendu le choc. «Comme un gros boum». Stéphanie Caprasse, Première échevine à Amay, habite non loin de l’accident, dans une rue parallèle. «Ce bruit pouvait venir de plein de choses. Au départ, j’ai même cru qu’il y avait eu un problème au niveau de la centrale de Tihange.»

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 21 des 101 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?