Lors de leur retraite en septembre 44, des Allemands enlevèrent deux chevaux de gros trait au cultivateur Hubert Wathelet, à Bois-Borsu. Et lui abandonnèrent deux des leurs, atteints de gale sarcoptique. Une maladie contagieuse qui toucha tout le cheptel, dont une jument pleine et une qui fut liquidée pour la boucherie. Pour les chevaux abandonnés, Hubert Wathelet restait, en 1952, débiteur d’une somme de 17 000 francs (valeur de leur rachat) au bureau du receveur des «Domaines» de Huy… qui se faisait de plus en plus pressant pour récupérer son dû.