Polémique

Destexhe: «Gunzig est le prototype du bobo bien pensant»

Destexhe: «Gunzig est le prototype du bobo bien pensant»

Le «café serré» de Thomas Gunzig ce matin sur la Première était particulièrement...serré.

Le député MR Alain Destexhe, fâché sur la chronique matinale de Thomas Gunzig, le taxe de bobo à l’antenne. Et accuse de manière à peine voilée la RTBF de lui laisser la parole...

+ HUMEUR | Quand Destexhe flingue Gunzig, c’est moins drôle que l’inverse
+ LIRE AUSSI | Le noir tableau régional de Destexhe
+ LIRE AUSSI | Les remèdes du docteur Destexhe

Le «café serré» de Thomas Gunzig ce matin sur la Première était particulièrement...serré à l’égard de l’invité le député MR ALain Destexhe. Le chroniqueur a dépeint de manière féroce le blog d’Alain Destexhe particulièrement anxiogène, selon lui, faisant notamment référence à «Orange Mécanique».

+ écouter le café serré de Thomas Gunzig
 

Ce qui n’a pas eu l’heur de plaire au réformateur qui a cru bon le préciser à l’antenne: «Gunzig est le prototype du bobo bien-pensant qui agit en toute impunité sur le service public».

«En tout cas, il a le droit de dire ce qu’il veut» rétorque le journaliste Bertrand Henne.

«Alain Destexhe n’aime pas forcément le service public»

Et Thomas Gunzig, qu’en pense-t-il?

« C’est de bonne guerre» s’amuse-t-il. «C’est vrai que j’ai été fort taquin. Il a répondu. C’est son droit. Ce n’est pas grave».

Cela dit, le chroniqueur est rarement attaqué de la sorte.

« C’est une question de caractère. Je fais de la caricature et je reçois rarement des compliments. Mais certains comprennent justement, même si je dis parfois des choses qui peuvent sembler blessantes. Récemment je n’ai pas été tendre avec Didier Reynders. Mais, lui, réplique sur le ton de l’humour. Sans doute Alain Desthexe a-t-il ressenti le besoin de réagir comme il l’a fait».

Mais la réaction d’Alain Destexhe mettait également en cause la RTBF .

Jean-Pierre Jacqmin a d’ailleurs immédiatement réagi via tweeter: «Gunzig et les humoristes-chroniqueurs = droits à la caricature et à la liberté d’expression revendiquée et assumés».

Et Gunzig de réfuter un quelconque acharnement gauchiste sur les antennes du service public.

«J’ai toujours été attentif à ne faire partie d’aucune famille politique. Je me moque des partis de gauche comme de droite. On ne peut pas me taxer d’être un chroniqueur de gauche que le service public laisse faire au détriment de la droite. Mais c’est ce que Desthexe sous-entend. J’ai déjà fait des billets salés sur Milquet, Onkelinx, etc. Mais, bon on connaît les opinions politiques de M. Desthexe qui n’apprécie sans doute pas particulièrement le service public» ajoute Thomas Gunzig en concluant: «Il n’y a pas mort d’homme»...

Nos dernières videos