Rail: un suicide tous les quatre jours en 2013

- Pict by Eric Herchaft © Reporter

Les personnes désespérées choisissent parfois les voies du chemin de fer. Des mesures sont prises pour enrayer le phénomène.

En 2013, 95 suicides ont été dénombrés sur le rail en Belgique, soit une moyenne d’un suicide tous les quatre jours. À ce chiffre s’ajoutent 69 tentatives de suicide.

Le gestionnaire du réseau ferroviaire, Infrabel, a décidé de débloquer 2 millions d’euros en 2014 pour sécuriser les gares et les tronçons de voies les plus sensibles, rapportent dans leur édition de mercredi les hebdomadaires Le Soir Magazine et Knack. «En 2013, un suicide ou une tentative est intervenu quasi un jour sur deux», analyse Frédéric Sacré, porte-parole d’Infrabel.

Le gestionnaire du réseau, en collaboration avec la SNCB, a décidé d’agir en développant un véritable plan antisuicide, qui passe cette année à la vitesse supérieure avec une nouvelle série d’actions. Celles-ci seront mises en oeuvre sur 24 sites à risque, les gares et les tronçons de voies où le nombre de suicides est plus élevé qu’ailleurs.

La première mesure consistera à installer des éclairages bleus dans une série de gares. L’idée vient du Japon, un pays où le taux de suicide est particulièrement élevé. Durant 10 ans, des lumières bleues ont été installées aux extrémités des quais des gares. Ce dispositif aurait permis de faire reculer le nombre de suicides de 84% au pays du Soleil-Levant.

Infrabel placera également des caméras thermiques intelligentes sur les voies à risques. Quatorze kilomètres de clôtures et de barrières pour empêcher l’accès à certains endroits sensibles seront également installés. Enfin, des campagnes de prévention continueront à être organisées sur le réseau.