Procès d'un escroc qui avait envisagé de reprendre le club de basket Tournai-Estaimpuis

Le ministère public a requis, mardi, une peine de prison sans en préciser la durée, contre un Tournaisien poursuivi pour faux, usage de faux, escroquerie, abus de confiance ou encore émission de chèques sans provisions, devant le tribunal correctionnel de Tournai. Le prévenu avait dépouillé plusieurs personnes en vue d'investir dans une société, un club de basket ou dans des voitures. Il disait attendre 88 millions de dollars US, fruits d'un investissement dans le pétrole au Nigeria.

Mais le prévenu n'a jamais vu la couleur de son soi-disant investissement en Afrique. Selon le ministère public, il prétendait que son investissement dans les années 90 devait lui rapporter quatre milliards d'anciens francs au début des années 2000. Mais le prévenu n'a jamais touché le moindre centime. Pour assurer ses rêves, il aurait détourné près de 600.000 euros à son profit. Parmi ses projets figurait la reprise du Basket Club Tournai-Estaimpuis, alors au bord de la faillite. Le prévenu avait été présenté comme l'homme providentiel par le bourgmestre de Tournai d'alors, Christian Massy. Mais le club a fini par être liquidé. Il avait aussi proposé à un entrepreneur de reprendre son affaire de photocopies contre 1,5 million d'euros et avait déjà commandé du nouveau matériel et six voitures de société, dont une Mercedes pour lui.

Le prévenu sera jugé le 25 mars.

# Belga context View full context on [BelgaBox] ( http://m.belga.be?m=dggkhdjb )