judiciaire -

Violée durant une dizaine d’années à Rochefort: de lourdes de peines pour la famille

Violée durant une dizaine d’années à Rochefort: de lourdes de peines pour la famille

Malgré sa dénégation le père écope d'une lourde peine. eda

De lourdes peines sont tombées dans le cadre du procès de la jeune fille violée durant une dizaine d’années par son père, ses frères mais aussi son parrain lors de chasses à Rochefort.

Durant une dizaine d’années, une jeune fille originaire de Jemelle, a subi des abus sexuels à répétition, avec pour circonstance aggravante qu’elle avait 8 ans quand les faits ont débuté. Aujourd'hui le tribunal de Dinant a rendu son jugement dans cette affaire sordide révéle le 11 janvier 2012.

Lourdes peines

Six personnes étaient poursuivies pour des viols et attentats à la pudeur à répétition commis sur Elsa durant plus de dix ans.. Elles sont condamnées à des peines allant de deux ans avec sursis probatoire à neuf ans ferme. 

9 ans pour le père, 6 ans pour la mère

Malgré sa dénagation des faits, le père de la victime a écopé de neuf ans de prison ferme. Sa peine englobe des faits de violence et des outrages publiques aux moeurs, en effet avec son épouse ils n'avaient pas hésité à se livrer à des ébats devant leurs enfants.

Sa femme, poursuivie comme co-auteur pour avoir laissé faire, écope quant à elle,  de six ans de prison.

Du sursis pour les frères

Vu l'age, au moments des faits mais aussi vu l'influence familialle dans lequel ils évoluaient, les frères de la victime s'en tirent avec du sursis. Ils ont écopé de deux et quatre ans de prison.

2 chasseurs condamnés

Le parrain de la victime, président d'une chasse de la région,  a été condamné à huit ans ferme, l’ami de la famille à sept ans ferme.

Pour rappel, Elsa accusait son père, deux de ses frères, son parrain ainsi qu’un ami de la famille de l’avoir violée durant des parties de chasse et à son domicile, entre 2001 et 2012.

Les deux frères avaient reconnu lors de la première audience avoir entretenu des relations sexuelles avec leur soeur. L’un précisait qu’il s’agissait de relations consenties.

Le parrain avait également reconnu les faits mais avait contesté les préventions de viol et attentats à la pudeur, précisant que leur première relation a eu lieu lorsqu’elle avait 17 ans et qu’elle était consentante. Le père de la victime et l’un de ses amis ont quant à eux nié les faits.

Maman d'un enfant 

La jeune fille est aujourd’hui mère d’un enfant dont le père serait un de ses deux frères. L’enfant, né en 2012, a été placé par décision du juge de la Jeunesse.