France -

Apparition surprise de Sarkozy lors d’un meeting électoral à Paris

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a semblé faire un pas de plus vers une éventuelle candidature en 2017 en assistant lundi, sous les ovations, au premier grand meeting de la candidate de la droite à la mairie de Paris.

C’était la première fois que Nicolas Sarkozy, dont la venue n’avait pas été annoncée, s’investissait en faveur d’un candidat depuis qu’il s’est mis en retrait de la vie politique, après sa défaite face au socialiste François Hollande à l’élection présidentielle de 2012.

Fendant la foule avec difficulté, Nicolas Sarkozy a été ovationné pendant de longues minutes par les quelque 2.000 militants rassemblés dans un gymnase parisien, qui scandaient «Nicolas, Nicolas».

À son arrivée, Nicolas Sarkozy avait déclaré que sa venue n’avait qu’un seul motif, «l’amitié et l’admiration» qu’il porte à Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate de l’UMP, le parti de Nicolas Sarkozy, à la mairie de Paris lors des élections municipales des 23 et 30 mars.

Mme Kosciusko-Morizet a notamment été ministre de l’Ecologie sous la présidence de Nicolas Sarkozy, puis sa porte-parole durant la campagne présidentielle de 2012.

Au premier rang

L’ancien président s’est assis au premier rang pour entendre le discours de la candidate, sans monter à la tribune.

Devant la foule des militants, la candidate de l’UMP l’a remercié de son soutien. «Je mesure le geste de fidélité et d’amitié que tu nous adresses», a-t-elle dit.

«Nathalie fera une maire de Paris formidable», a déclaré l’ancien président de la République en quittant la salle.

Nicolas Sarkozy, qui n’a fait que quelques apparitions publiques depuis sa défaite de 2012, avait déjà semblé faire un pas de plus vers un retour sur la scène politique il y a dix jours lors d’un déplacement remarqué dans une station balnéaire de la côte atlantique.

«Là où la mer est repassée, elle revient...», avait-il lancé devant une assemblée déjà conquise.

À la sortie du meeting de lundi, les militants paraissaient regonflés par la venue de Nicolas Sarkozy. «Cela donne du baume au cœur. Sa présence est une surprise. S’il est là, c’est que tous les espoirs sont permis», a réagi un militant de 73 ans qui n’a pas souhaité donner son nom.

Dans les sondages, Nicolas Sarkozy est très largement en tête à droite comme le meilleur présidentiable face aux anciens Premiers ministres François Fillon et Alain Juppé.