Cyclisme -

Olivier Kaisen doit mettre un terme à sa carrière à cause de problèmes cardiaques

Olivier Kaisen doit mettre un terme à sa carrière à cause de problèmes cardiaques

Une anomalie du rythme cardiaque avait été décelée lors des tests. EdA

Olivier Kaisen, 30 ans, est contraint de mettre un terme à sa carrière de coureur cycliste en raison de problèmes cardiaques, a indiqué lundi soir son équipe Lotto-Belisol.

Une anomalie du rythme cardiaque avait été décelée lors des tests que les coureurs de Lotto-Belisol avaient passés en novembre dernier au CHC de Liège.

«Des examens complémentaires par les spécialistes du coeur, le docteur Demanez et le professeur Heidbuchel, ont révélé que ce n’était pas un obstacle pour la pratique d’un sport de haut niveau.

Lorsque Olivier a ressenti de nouvelles douleurs à la mi-janvier au Tour Down Under - d’une nature différente que précédemment établie - ce problème a également été étudié et analysé. Les résultats et conclusions ont montré qu’il n’y a pas d’autre choix: continuer la compétition n’est pas une option», explique Jan Mathieu, le médecin de Lotto-Belisol.

Membre de l’équipe Lotto depuis 2006, Olivier Kaisen est le plus ancien coureur de la formation WorldTour belge.

Olivier Kaisen: « Je me sens un peu perdu »

«J’ai reçu la communication que je craignais vendredi passé: je dois stopper le cyclisme», explique Olivier Kaisen (30 ans) sur le site de Lotto-Belisol. «J’aurais bien entendu préféré autre chose, mais continuer le cyclisme n’est pas une option. J’étais étonné fin novembre après les tests UCI lorsque j’ai entendu qu’une anomalie avait été diagnostiquée, car je n’avais jamais eu cette sensation auparavant, mais j’ai heureusement eu l’approbation de continuer la compétition. Lors du stage en décembre, j’ai pu m’entrainer dans de parfaites conditions, sans aucun problème. Avec le recul, j’ai cru que ma saison 2013 moyenne pouvais peut-être expliquer cela».

«Après la deuxième étape du Tour Down Under, je ne me suis pas senti bien», poursuit Kaisen. C’était une journée très fatigante et très chaude au cours de laquelle j’avais beaucoup roulé en tête pour André Greipel. Je me suis encore présenté au départ de l’étape suivante, mais directement après le départ de la troisième étape, j’ai senti qu’il y avait quelque chose. J’ai eu peur et j’ai décidé, en concertation avec le directeur sportif Herman Frison, d’arrêter. Il a dit que je ne devais prendre aucun risque. En revenant en Belgique, les médecins ont décidé de me surveiller durant quatre jours avec un holter, un appareil portable qui mesure en continu l’activité électrique du coeur durant la vie de tous les jours dans l’espoir de détecter le problème. Et le troisième jour, j’ai en effet ressenti la même déficience. Lors de l’analyse de l’électrocardiogramme, les médecins ont pu localiser très clairement la période et la nature du problème; malheureusement avec les conséquences que l’on connait...»

Membre de l’équipe depuis 2006, Kaisen était le plus ancien coureur de Lotto. «J’aurais bien volontiers encore couru quelques années, mais je dois écouter mon corps et respecter les décisions des médecins, bien que cela soit difficile», poursuit-il. «Je n’ai jamais pensé que quelqu’un d’autre que moi aurait décidé de la fin de ma carrière. Pour le moment, je suis souvent à la maison avec ma femme et mon fils Jussi. Je reçois beaucoup de soutien de la part de l’équipe, de mes amis et de la famille, mais je me sens un peu perdu. Il y a de pires choses dans la vie, mais le cyclisme a tout de même pris plus de 20 années de ma vie. Je n’ai encore aucune idée de ce que va être mon avenir, je suis seulement au courant depuis quelques jours et je veux encore un peu tout régler».