Handicap

Léa: ses allocations majorées ont été coupées

Léa: ses allocations majorées ont été coupées

Avec près de 7 mois pour que son dossier aboutisse, la jeune Léa est très au-dessus des statistiques du SPF. n.d.

La moyenne est de 4,3 mois pour reconnaîtreun handicap. Mais avec quasi 7 mois de délais, Léa a perdu ses allocations familiales majorées…

Léa Knockaert a 14 ans et elle est trisomique. Ses parents touchent des allocations familiales majorées, et Léa bénéficie d’un statut VIPO. Mais la reconnaissance de son handicap est faite à durée déterminée, comme c’est souvent le cas pour les enfants, car il y a une probabilité que les points de handicap se modifient avec le temps.

«La reconnaissance étant terminée au 31 décembre 2013, j’ai reçu en juin le fameux dossier de huit pages qui doit être rempli par le médecin qui suit l’enfant ainsi que par moi-même, avec moult documents en annexe. Ce dossier a été enregistré le 15 juillet au SPF sécurité sociale », explique Anne-Catherine Amblot, la maman de Léa.

Quand elle a lu dans le journal du mardi 11 février que le délai actuel pour les dossiers était de 4,3 mois, Anne-Catherine Amblot tombe presque de sa chaise. «Comme je n’avais pas de nouvelle en octobre, j’ai téléphoné pour connaître l’avancée du dossier. On m’a répondu qu’il manquait de médecins à Tournai et que ma fille serait convoquée à Mons.» Voyant l’échéance arriver, la maman envoie en mail le 11 décembre, et reçoit la réponse: «Votre enfant sera convoqué prochainement. Nous ne disposons que d’un cabinet médical sur Tournai. »

Entretemps, Léa n’est plus reconnue handicapée depuis le 1er janvier. Sa maman ne touche plus les allocations familiales majorées, qui sont bien utiles pour payer la logopédie, par exemple. Mais surtout, elle s’inquiète pour la mutuelle: «Si cela continue à traîner, je risque de devoir recommencer toutes les démarches!», et avec quatre enfants et un boulot, cela va être difficile à caser dans l’emploi du temps.

Il manque de médecins dans le Hainaut

Au SPF sécurité sociale, le directeur général André Gubbels le reconnaît: il y a un manque de médecins dans la région. Au centre de Tournai, un seul médecin est habilité à s’occuper de la reconnaissance d’enfants handicapés touchant des allocations familiales majorées. « On fait en sorte que la personne soit reçue le plus vite possible, et le plus près de chez elle», explique le Dr de Cuyper, du SPF sécurité sociale. Le manque de médecins à Tournai explique donc une convocation annoncée à Mons. Mais pas le retard. «Dans le cas des handicaps reconnus à durée déterminée, on essaie d’être attentif, pour qu’il n’y ait pas d’interruption. Je ne connais pas le cas de cette jeune fille, mais c’est très regrettable: on essaie habituellement de convoquer les personnes qui risquent de perdre leurs allocations familiales en priorité

Heureusement, si la situation a été stressante pour toute la famille, il reste encore la possibilité d’un happy end: «Les allocations familiales majorées sont légalement extrêmement souples: les familles qui ne les ont pas touchées pendant un mois ou deux pourront récupérer l’argent qui leur est dû.» Il reste juste à trouver un médecin pour Léa… assez vite.

Evolution du délai moyen (en mois) de traitement des demandes d'allocations