Marc Lemmens n’est pas inconnu des organisations syndicales. «Nous avons d’ailleurs soutenu une de ses actions qui a été jusqu’au Conseil d’État, où nous n’avons pas obtenu raison», explique Patrick Descy, permanent à la Centrale générale des services publics (CGSP), secteur Défense.

Les statistiques mentionnées par l’ancien colonel médecin ne sont pas remises en cause, «mais en matière d’accidents du travail, par exemple, l’augmentation constatée ces dernières années est peut-être surtout due à un meilleur recensement des faits», avance René Meurant, en charge des matières relatives au Bien-Être à la Centrale générale du personnel militaire (CGPM).

Au cours de l’année écoulée, et peut-être à la suite de la publication du livre de Marc Lemmens, une concertation sociale s’est déroulée, rappelle Marc Verhelst, responsable des matières de Défense à la Centrale chrétienne des services publics (CCSP). «Le nouveau statut entré en vigueur au 1er janvier prévoit ainsi la présence d’un médecin du travail dans les commissions militaires d’aptitude et de réforme».

Cette concertation a permis de développer une revendication en douze points, «auxquels l’autorité militaire a répondu», précise Patrick Descy. «Il faut laisser le temps aux réformes de se mettre en place; Marc Lemmens, lui, veut peut-être tout, tout de suite», avance le syndicaliste.

Certains problèmes ne seront pourtant pas résolus, comme le manque de médecins du travail. «Mais le phénomène déborde largement du cadre de l’armée: ce manque est général», note René Meurant…Phi. Le.