Société

Notre regard aggrave le vieillissement

Notre regard aggrave le vieillissement

Notre enquête le démontre : nous avons une perception très éloignée de la réalité du vieillissement. Reporters / Design Pics

Notre regard est plutôt pessimiste sur le vieillissement : c’est ce qui ressort d’une enquête menée par «L’Avenir» en collaboration avec l’Ulg. L’écart entre perception et réalité est édifiant.

On peut être vieux sans être sage et on peut être sage sans être vieux. L’image du vieux sage fait partie des stéréotypes bien prégnants dans notre culture. À ceci près qu’il s’agit sans doute de l’un des rares stéréotypes positifs à l’endroit du vieillissement. «Généralement, la vieillesse est associée à un tas d’éléments », explique Stéphane Adam, professeur à l’ULg et auteur de l’enquête qui a été soumise aux internautes de lavenir.net. Quinze questions étaient posées sur cette thématique et six d’entre elles concernaient les perceptions sociales du vieillissement.

3 700 répondants

Ce sont les réponses à ces six questions qui permettent d’objectiver le regard porté sur la vieillesse. Plus de 3 700 internautes (de 14 à 89 ans) ont rempli ce questionnaire, soit un échantillon important.

L’âge médian des répondants est de 55 ans. «Les réponses et l’écart par rapport à la réalité corroborent nos recherches», explique Stéphane Adam.

Que retenir, outre la différence importante entre données réelles et perceptions? «Plus on est jeune, plus on a des réponses qui stigmatisent les personnes âgées. Entre les plus jeunes et les plus âgés, on passe d’un score global qui va du simple au double », analyse Stéphane Adam. Au final, on peut conclure que 5,7% des personnes interrogées ont une vision correcte voire optimiste de la vieillesse.

+ Ne manquez pas notre dossier spécial dans le journal L’Avenir ce jeudi : « Vieillissement, notre société bat en retraite ». En librairie ou en version numérique