« La carotte plutôt que le bâton »

Au MR, on est contre la taxation au kilomètre. Belga

Willy Borsus, vous êtes chef du groupe MR au Parlement wallon. Votre parti est-il contre ce projet de taxation au kilomètre ?

Oui. Au lieu de sortir une fois de plus la gâchette taxatoire nous sommes d’avis qu’il faut explorer toutes les pistes plus persuasives. Ce serait mieux que de consacrer son temps à faire ce type d’études qui provoquent une réaction de rejet bien compréhensible et qui rend surtout l’application de mesures persuasives compliquées. D’autant qu’une progressivité dans la taxation automobile, ça existe déjà, notamment à travers les accises sur les carburants : plus on roule plus on consomme, donc plus on paye de taxes. Et puis, cette taxation au kilomètre, c’est comme l’écobonus et l’écomalus : au départ il y a des incitants et de la sanction, à la fin, il ne reste plus que la sanction. L’écobonus a disparu, ne reste que l’écomalus. Ce sera pareil avec ce projet. En outre, je ne vois pas comment on va pouvoir lisser cette taxe pour la rendre neutre sans pénaliser une partie du territoire wallon. Sans parler des problèmes que cela va engendrer pour le monde économique.

Vous parlez de mesures persuasives pour faire rouler moins les automobilistes. Vous voulez parler de quoi ?

On doit avant tout travailler avec tous les interlocuteurs. C’est clair que l’engorgement sur les routes qui se précise, on doit s’en occuper. Et ça commence par le développement du télétravail. Notamment en adaptant le cadre fiscal.

Il faut aussi encourager les changements de comportements, notamment en organisant et en structurant les combinaisons de mobilité. Insistons sur la création de parking de persuasion qui permettent de laisser la voiture à l’extérieur des villes pour ensuite prendre les transports en commun.¦ M. Dum.