Top Chef

Julien Lapraille : « Une semaine à oublier »

Julien Lapraille : « Une semaine à oublier »

Pierre Olivier, M6

Julien n’a pas eu la vie facile hier dans Top Chef. Entre la condescendance d’Anne-Cécile et les critiques des chefs, il se qualifie quand même.

Avec une première épreuve basée sur le fast-food et une seconde où il a dû faire face au caractère parfois condescendant d’Anne-Cécile, une autre candidate, Julien Lapraille n’a pas vécu une soirée de tout repos hier dans Top Chef. À nouveau le Marbehanais a dû gérer deux commis, deux candidats cette fois (Anne-Cécile et Jérémy), et n’a pas pu cuisiner. Malgré les critiques des chefs envers son plat, il se qualifie pour la 5e semaine, sans avoir dû passer l’épreuve de la dernière chance.

Julien Lapraille, les chefs ont été très durs hier soir, envers vous et votre adversaire Noémie, sur l’épreuve en équipe. Ils vous ont reproché de ne pas avoir fait dégorger votre foie de lotte. Puis ils ont qualifié votre pickels de chou-fleur de trop acide, limite mangeable. À ce moment-là, vous croyiez à la qualification ?

Avec Anne-Cécile, on s’est dit que c’était foutu. Malgré tout, je savais que la cuisson de la lotte était parfaite. J’avais espoir que si la qualification devait se jouer sur quelque chose, ce serait sur cela. À la fin, ce que je retiens, c’est qu’il s’agit d’une victoire de plus sur un ancien (NDLR : Noémie, comme la semaine précédente). Même si j’ai reçu des critiques des chefs. Comme au foot, ce qu’on retient, c’est la victoire. Que ce soit 1-0 ou 10-0, ça reste une victoire.

Durant l’épreuve, le hasard vous a désigné comme chef. Jérémy et Anne-Cécile étaient vos commis. Avec cette dernière, c’était tendu non ?

Ils ont deux caractères très fort. J’ai pris un peu sur moi. Avec Jérémy, ça s’est bien passé. J’ai essayé de ne pas trop faire attention aux répliques de Anne-Cécile. Être chef quand tu as dans ton équipe deux personnes plus expérimentées que toi, ce n’est pas facile. Mais c’est le jeu.

Le chef Piège a déclaré que vous étiez « plus dans je suis un copain, que dans je suis un chef ». Vous le prenez comment ?

Ce n’est ni une critique, ni un compliment. C’est moi, je suis comme ça. Mais je sais quand même diriger. Ça s’est vu la semaine dernière avec Sophie et Manu (NDLR : deux présentateurs de M6).

C'était frustrant de devoir à nouveau donner des ordres cette semaine et de ne pas cuisiner ?

J’étais encore une fois le chef. Mais si on maîtrise le fait de donner des ordres, si on arrive à cuisiner par la parole, c’est comme de cuisiner avec tes propres mains. Si ça passe, c’est que tu es capable de le faire toi-même.

À la fin de l’épreuve, vous avez dû éliminer un de vos deux commis et l’envoyer directement en épreuve de la dernière chance. On ne pouvait rien vous demander de pire ?

En plus, je m’entends à merveille avec Jérémy. Il n’avait pas mis la sauce dans le plat. On s’est regardé. Il m’a fait signe « c’est bon t’inquiètes ». Il m’a dit de prendre Anne-Cécile. Il fallait mettre le maximum de chances de notre côté. Donc c’est lui que j’ai envoyé en dernière chance alors que je n’en avais pas envie. Mais je savais aussi qu’avec ses talents de cuisinier, il pouvait s’en sortir (NDLR : il s’en est sorti haut la main).

Vous avez vécu pour la première fois la cérémonie des couteaux. Un grand moment ?

C’est un moment que je voulais vivre. C’est vraiment magique. Et c’est long. Tu as la main sur le couteau et tu te demandes quand est-ce que tu vas pouvoir tirer le couteau. Tu attends réellement très longtemps. Et au moment de le tirer, c’est une grande émotion qui te traverse de partout. Ça, c’est un des plus beaux moments de Top Chef.

Venons-en à la première épreuve de la soirée : un menu fast-food revisité. Pour quelqu’un qui n’aime pas déstructurer les produits et qui promeut les produits du terroir, ça n’a pas dû vous parler comme épreuve ?

J’adore manger dans les fast-foods mais je n’aime pas travailler cette nourriture. Je n’ai pas du tout aimé cette épreuve. Du point de vue des émotions et des défis, je dois bien avouer que ce n’est pas le meilleur lundi que j’ai passé. Ça fait partie de l’émission. Mais cette semaine dans Top Chef, je préfère l’oublier. ¦