monde -

A Kiev, on joue du piano sur les barricades

Si les joies apportent son lot d’images magnifiques, les conflits en apportent d’autres qui resteront malgré tout gravées dans nos mémoires. Comme en témoigne cette image d’un piano juché sur une barricade dans le centre de Kiev. Quand un piano devient un symbole de résistance.

«Il y a des divergences d’opinion dans notre pays et nous devons nous unir autour de valeurs sûres comme l’art», a déclaré Markian Matsekh, à l’origine d’une campagne plutôt inédite en Ukraine. Grâce à lui, le piano est devenu symbole de la révolution, de la résistance pacifique.

Ce lundi, une cascade de sons perlés d’une étude de Chopin, puis l’hymne national ukrainien et «Let it be» des Beatles ont jailli d’un piano juché sur la plus célèbre barricade de Kiev bâtie avec les épaves rouillées des cars de la police.

Au clavier du piano peint en jaune et bleu clair - couleurs nationales ukrainiennes - se sont succédé la chanteuse Rouslana, grande animatrice des rassemblements au Maïdan, un «pianiste extrémiste» masqué et quelques jeunes, tous excellents musiciens.

 

 

De la musique pop-russe en réponse

Les policiers anti-émeute, stationnés de l’autre côté de cette barricade de la rue Grouchevski, lieu même des affrontements ayant fait au moins quatre morts et environ 500 blessés en janvier, ont riposté à cette offensive sonore pacifique en poussant à fond leur propre sono avec de la musique pop russe.

Des concerts similaires ont été organisés lundi dans neuf autres villes dont Lviv dans l’ouest nationaliste et Donetsk dans l’est pro-russe.

«Le piano est déjà devenu symbole de la révolution, de la résistance pacifique. Il y a des divergences d’opinion dans notre pays et nous devons nous unir autour de valeurs sûres comme l’art», a déclaré Markian Matsekh, à l’origine de cette campagne musicale.

«Ensuite, nous allons nous battre pour les tribunaux honnêtes, les élections honnêtes et une police restant aux côtés du peuple», a-t-il souligné.


Video streaming by Ustream