rail -

La catastrophe de Buizingen commémorée les 15 et 17 février

C’était il y a 4 ans. Le 15 février prochain, l’association «Catastrophe Ferroviaire Buizingen: Plus Jamais» organisera plusieurs actions afin de commémorer la catastrophe de Buizingen qui a coûté la vie à 19 personnes.

L’association «Catastrophe Ferroviaire Buizingen: Plus Jamais» a annoncé lundi une série de commémorations qui ponctueront, les 15 et 17 février, le 4e anniversaire de l’accident ferroviaire de Buizingen survenu le 15 février 2010 à 8h28 précises.

Lors de la catastrophe, 19 personnes (dont 14 de la région Mons-Borinage) avaient perdu la vie et 162 autres avaient été blessées à divers degrés.

L’association d’aide aux victimes de la catastrophe a annoncé lundi une série de rendez-vous pour ponctuer le 4e anniversaire de l’accident.

Une commémoration, organisée par les gouverneurs des provinces de Hainaut, Tommy Leclercq, et du Brabant Flamand, Lodewijk De Witte, aura ainsi lieu à Buizingen le 15 février 10h00 au monument érigé en mémoire des victimes.

Le lundi 17 février, une autre action sera menée par l’association en gare de Mons dès 7h43, heure du départ du train fatal en 2010.

Une conférence de commémoration de la catastrophe est en outre programmée à l’UMons (salle Marie Curie) le 17 février à 19h00.

En attente d'un procès

L’association attend toujours le procès pour déterminer les causes de la catastrophe de Buizingen survenue le 15 février 2010.

«?Nous n’avons pas de précisions quant aux causes de la catastrophe?», ont expliqué les responsables de l’association lundi à Mons.

 

Pour eux, connaître les vraies causes de la catastrophe, c’est permettre de prendre les mesures nécessaires pour éviter qu’un tel accident ne se reproduise. «?Nous restons devant des interrogations mais nous ne voulons pas mettre en doute le travail de la justice. Nous voulons simplement du respect pour les victimes, les familles endeuillées, les usagers.?»

L’association demande que l’Etat belge débloque les fonds afin que toutes les mesures soient prises pour assurer la sécurité sur le rail.

«?Nous dénonçons la lenteur d’installation des dispositifs de sécurité comme l’ETCS, qui doit prendre en charge chaque train du début à la fin de son trajet?», a indiqué Anita Mahy, présidente de l’association. «?La première phase d’installation serait réalisée en 2022-2023: pourquoi si tard??»