Politique -

Le numéro gratuit à destination des aînés est opérationnel

Le numéro gratuit à destination des aînés est opérationnel

- ÉdA -Doc

C’était un projet prioritaire de la ministre wallonne de la Santé: les seniors peuvent désormais appeler un numéro gratuit, pour s’ouvrir bien des services

La campagne de promotion a déjà commencé en radio (La Première, VivaCité, Bel RTL) et en télévision, sur les onze télés locales wallonnes. Des affiches vont la décliner dans les bâtiments communaux et dans les CPAS, ou encore chez les médecins généralistes. Et des encarts publicitaires dans les journaux achèveront la promotion du numéro gratuit destiné aux seniors: en appelant le 0800/16 210, les personnes âgées, ou leurs proches peuvent trouver toute information utile qu’ils recherchent.

Opérationnel

Ce numéro est d’ores et déjà opérationnel, de 8h30 à 16h30. « En dehors de ces heures, on peut y laisser un message », précise Aline Baudine, administratrice générale de l’AWIPH (Agence Wallonne pour l’Intégration de la Personne Handicapée).

Car c’est à l’AWIPH, qu’est revenue la gestion du numéro gratuit, en collaboration avec la DGO5 , l’administration en charge de la Santé au sein du Service Public de Wallonie. «Une collaboration remarquable, entre deux institutions qui avaient déjà collaboré sur le projet “ Bien vivre chez soi ”» se réjouit Éliane Tillieux.

La ministre wallonne de la Santé avait fait de la mise en place de ce service sa priorité pour 2014, à créer avant les élections du 25 mai. Ce «service de première ligne» est là pour donner l’information de base sur les sujets les plus variés: de la disponibilité de places en maisons de repos ou de logements sociaux, à l’organisation de loisirs ou la fourniture de renseignements en matière de transport. Il est financé à hauteur de 180 000 euros par la Région: le montant permettra d’ajouter trois équivalents temps plein (ETP) aux 4,3 qui gèrent actuellement le numéro gratuit de l’AWIPH (0800/16 061)

Le projet a eu un cheminement chaotique: la note d’Éliane Tillieux, approuvée en gouvernement wallon, le 23 mai 2013, le confiait à l’ASBL «Infor Homes», cogérée par les Mutualités chrétienne et socialiste. La volonté de la ministre de mettre l’ASBL «sous tutelle» a produit des tensions. L’accord institutionnel qui transférera notamment à la Région des compétences en matière de Santé, après les scrutins du 25 mai, a permis à Éliane Tillieux de rebondir, avec la mise sur pied d’un OIP (Organisme d’Intérêt Public) wallon spécifique, et de transférer le projet à l’AWIPH et à la DGO5. Sans repasser en gouvernement.

«C’était dans mes compétences ministérielles», se défend-elle, «et il était prudent de tout organiser avant de représenter le dossier à mes collègues». Les uns parleront de bonne gouvernance, les autres de coup de force…