Tour de Dubaï

Phinney et Kittel princes de Dubaï

Taylor Phinney, leader depuis le début, a remporté ce premier Tour de Dubaï, alors que Kittel a gagné 3 étapes sur 4.

Taylor Phinney a pleinement profité de sa préparation hivernale sans accroc pour remporter la première édition du Tour de Dubaï après la 4e et dernière étape, enlevée samedi par l’Allemand Marcel Kittel, qui aura remporté trois des quatre étapes…

« Je suis soulagé. Tous les jours j’avais l’impression que j’allais perdre (la première place), mais j’avais une grande équipe (BMC) autour de moi , a commenté Phinney, vainqueur du contre-la-montre initial. Je suis très heureux et je sais que les gars le sont aussi. Ma saison hivernale s’est très bien déroulée, sans aucun souci de santé», a ajouté l’Américain qui a devancé au classement final son coéquipier britannique Steve Cummings (à 15.) et le Danois Lasse Hansen, troisième à 17 sec.

«Et puis, j’ai pu passer de bons moments aux USA avec mes amis, du côté de Boulder, au Colorado, alors que j’ai aussi pu m’entraîner à fond à San Diego. Et cela, toujours avec mon soigneur personnel. Et donc, l’investissement est déjà payant, je suis donc super heureux de débuter la saison de pareille manière

Kittel : trois sur quatre

Mais l’autre grand homme de ce début de saison s’appelle Marcel Kittel (Giant-Shimano). L’Allemand a enlevé les trois arrivées au sprint de cette édition initiale après en avoir remporté une au Tour Down Under, en Australie.

«Je suis super heureux. Mais je suis complètement mort maintenant, disait-il. Le final était vraiment rapide. J’avais perdu mes gars à deux kilomètres de la ligne, mais c’est ahurissant comment Tom Veelers m’a ramené en tête. De mon côté, débuter la saison de cette manière, je ne m’y attendais pas. C’est la première fois dans ma carrière que cela m’arrive.»

Cerise sur le gâteau pour Kittel: le maillot par points.

Du côté de l’organisation de ce premier Tour de Dubaï, on était tout simplement ravi.

«Cette course a apporté quelque chose de neuf à Dubaï, disait Saeed Hareb, le président du comité d’organisation. Les coureurs sont heureux, et on a découvert un champion. Je pense que notre collaboration avec RCS va durer encore longtemps et que nous allons grandir.»

Du côté de RCS, on n’était pas moins enthousiaste.

«Le niveau était de première classe, disait Lorenzo Giorgetti, et on a vu un nombreux public sur les routes. Certes, ce n’ était pas facile d’organiser pareille épreuve, la seule qui se déroule quatre jours dans la même ville, mais on a appris comment faire et, à Dubaï, on a rencontré l’efficacitéD.M.