Pepinster74Brussels67

Alex Libert a confirmé face au Brussels qu’il pouvait bien être le seul et vrai patron pepin sur le terrain. Entré au jeu après 6 minutes, alors que son équipe avait abordé la partie en mode mineur, permettant à son hôte bruxellois d’accéder trop facilement à son anneau, le meneur local a d’abord poussé une gueulante d’envergure lors du second temps mort grillé par son coach Marnegrave dès la 8e .

Le marquoir indiquait déjà 7-19 et le Brussels n’avait même pas dû forcer son talent, à l’image du néo-bruxellois Hall (1 sur 7 avant la pause), pour prendre la poudre d’escampette. Et comme l’éclat de voix ne suffisait pas à 11-23, sa rage intérieure explosa au point d’écoper d’une faute technique pour rouspétance. Puis, joignant le geste à la parole, s’appuyant sur la puissance de Jankovic, il initia un 20-0, ponctué de deux tirs primés du meilleur effet pour faire basculer la rencontre: 33-25!

«Ce n’était pas possible de jouer aussi mal et surtout sans âme, commentait le meneur pepin. Il fallait apporter du rythme et du caractère, et comme la main était chaude…»

Un atout qui faisait cruellement défaut aux Wolves lors de leurs dernières sorties et que le lutin local s’empressa de sortir de son chapeau grâce à la complicité de Jadin: «On a interverti nos postes à bon escient et cela a marché».

«Ce deuxième quart fut catastrophique, se lamentait pour sa part le coach bruxellois Crèvecœur. En quelques minutes, notre dispositif s’est effondré et je ne suis pas un magicien pour apporter à mes joueurs ce cœur que les Pepins avaient. Nous payons au prix fort notre manque de maturité, d’expérience voire de talent».

La confiance retrouvée, les Pepins, s’appuyant sur l’excellent travail défensif de Besovic et Penninck, poursuivirent sur leur lancée après la pause (36-31, 48-38). Mais les Bruxellois ne lâchèrent pas le morceau aussi vite. Hall, Loubry et Hockins retrouvèrent la précision pour pallier l’effacement de Licho et surtout d’Ubel sous les anneaux et à la 35e (59-58), l’indécision planait toujours.

C’est un panier primé de ce diable de Libert sur le buzzer des 24 secondes, bientôt suivi par un autre de Jankovic, qui libéra enfin le Paire (71-62), ponctuant une ligne de stats impressionnante: 10/15 dont 5/8 à 3 pts; 4 lancers francs sur 6; 3 rebonds, 4 fautes provoquées, 1 interception et 1 assist! Oui, Libert était partout!