Notre société vieillit. Lentement mais sûrement. À terme, le changement sera profond: plus d’un tiers de notre population aura un âge supérieur à 60 ans.

Par Dominique VELLANDE

Une situation inédite. En cause, d’abord, l’allongement de la vie qui prend des proportions stupéfiantes: un bébé a aujourd’hui une chance sur deux de vivre cent ans.

Une catastrophe? Oui, si notre société s’indiffère de ce vieillissement, préférant ressasser de vieux fantasmes natalistes qui ne viendront pourtant pas.

Toute la semaine durant,

L’Avenir ouvre ce dossier en posant cette question essentielle: que suppose une société vieillissante?

Le diagnostic est pourtant connu depuis longtemps, les solutions structurelles se font attendre. Avec un résultat inquiétant: alors que la Belgique figurait parmi les pays les plus évolués pour une société où la personne âgée a toujours sa place, on assiste aujourd’hui à une forme de stagnation voire même de régression.

La crise laisse apparaître des regards suspicieux sur cette génération de plus en plus imposante. Une génération qui semble profiter de la vie pendant que les actifs triment sans savoir ce qu’il sera des pensions de demain. En s’appuyant sur pas mal d’idées reçues et des discours simplistes. Le prisme des retraites, quoiqu’important, occulte ce que pourrait devenir un débat plus global. Une vision moins antagoniste et plus intégrée pour l’avenir de notre société.

Cette vision doit résolument passer par un regard rafraîchi sur la vieillesse. Les perceptions désastreuses du vieillissement se sont accumulées insidieusement. Le fossé intergénérationnel, dont les conflits en traduisaient paradoxalement la bonne santé, s’est transformé en indifférence. Entraînant ainsi une solidarité estompée voire carrément questionnée.

Les analyses et interviews que vous découvrirez cette semaine dans L’Avenir et sur www.lavenir.net prendront le contre-pied du fatalisme. Sans pour autant sombrer dans l’image lénifiante et presque tyrannique du «bien vieillir».

Mais avec la volonté de donner des clés pour comprendre

et agir autrement.

Le titre de notre enquête l’illustre: «Vieillissement: ne battons pas en retraite».