Taxe kilométrique

La pétition qui veut enrayer la taxe

Hier soir, plus de 100 000 personnes avaient déjà signé la pétition en ligne lancée contre la taxe kilométrique.

Une pétition en ligne, lancée vendredi matin, contre le projet de taxe kilométrique comptait déjà près de 37 000 signatures samedi. Dimanche soir, on dépassait largement les 100 000…

«Il est inadmissible que nous soyons obligés de payer pour nous déplacer au travail ou encore rendre visite à notre famille, nos proches ou nos amis », indique Jean-Michel Libotte, l’auteur de cette pétition.

« Le projet pilote commence ce 17 février et durera deux mois, nous avons donc ce petit délai pour réagir. Voilà pourquoi je vous demande de signer cette pétition afin de tenter d’enrayer cette taxe», ajoute-t-il.

Jean-Michel Libotte estime que les automobilistes pourraient payer, en raison de la taxe, entre 500 et 1 000 euros par an selon la distance à parcourir (nos éditions du week-end).

Les Régions wallonne, flamande et bruxelloise ont récemment trouvé un accord sur les tarifs de la taxe kilométrique. Le principe prévoit une taxe automobile sur chaque kilomètre parcouru, en fonction des heures de pointe ainsi que du type de route empruntée par le conducteur. Le projet pilote commencera le 17 février dans la zone couverte par le futur RER ferroviaire ainsi que dans Bruxelles et sa périphérie.

Di Rupo n’en veut pas

Rouler en zone urbaine pourrait à l’avenir coûter 9 cents par kilomètre, contre 5 cents sur l’autoroute et 6,5 sur les autres routes, d’après le projet.

Le Premier ministre Elio Di Rupo s’est mêlé, dimanche, au débat sur ce projet pilote, assurant qu’il refusait toute augmentation de la fiscalité.

« C’est une expérience. Mais je ne veux en aucun cas que l’on accroisse la fiscalité sur les citoyens et sur les automobilistes, surtout s’ils habitent dans des endroits reculés», a-t-il affirmé lors de l’émission L’Invité de RTL-TVI.