Blood Diamond : brillant…

Leonardo DiCaprio et Djimon Hounsou s’embarquent pour un dangereux voyage en territoire rebelle. REPORTERS

L’intrigue se déroule pendant la guerre civile de Sierra Leone. «Blood Diamond» dénonce le marché des diamants de sang.

Sierra Leone, 1999. Le pays est déchiré par une guerre civile entre les rebelles du Revolutionary United Front (RUF) et le gouvernement de Ahmad Tejan Kabbah pour le contrôle des lucratives mines diamantifères. Solomon Vandy (Djimon Hounsou), pêcheur mendé voit son village attaqué. Sa famille réussit à s’enfuir, mais il est capturé par le RUF qui l’envoie dans la mine de Kono, où il découvre un «diamant de sang» d’une taille exceptionnelle qu’il réussit à cacher.

Alors qu’il purge une peine de prison pour ses trafics, Archer (Leonardo DiCaprio) rencontre Solomon Vandy. Accompagnés de Maddy Bowen, une journaliste idéaliste, les deux hommes s’embarquent pour un dangereux voyage en territoire rebelle pour récupérer le fameux caillou. Un voyage qui pourrait bien sauver la famille de Salomon et donner à Archer la seconde chance qu’il n’espérait plus.

Edward Zwick (Légende d’Automne) signe un film d’aventure sur fond d’intrigue politique. Blood Diamond parle des enfants soldats, des diamants de sang qui financent les guerres et des milliers de réfugiés parqués dans les camps sierra-léonais.

Le film se termine lors de la signature du processus de Kimberley, un régime international de certification des diamants bruts, qui réunit gouvernements et industriels du diamant, pour contrer le trafic de diamants de sang.

La Une, 22.10