Il n’y a pas eu qu’une collaboration

Des centaines d’heures d’images d’archives pour réaliser un documentaire aux allures de fiction. © CDJC

Le réalisateur Gabriel Le Bomin signe un docu-événement en deux parties explorant une partie très sombre de notre histoire.

/P>

Loin d’être un bloc unique et massif, la collaboration, entre 1939 et 1945, fut constituée de différents mouvements, parfois contradictoires ou opposés, incarnés par des hommes jouant leur propre partition.

Le réalisateur Gabriel Le Bomin a choisi d’explorer cette période sombre et signe un docu en deux parties, tout en archives colorisées. «Pour les 70 ans de la libération de la France, nous voulions un sujet de synthèse sur cette période. à notre connaissance, il n’existait pas de grand panoramique posant le décor.»

Gabriel Le Bomin explore différentes formes de collaboration: économique, culturelle, politique, industrielle, intellectuelle, intime et policière. Cette dernière est la plus terrible, puisque c’est celle qui a mené aux rafles et aux déportations. «Il s’agit presque d’un récit au jour le jour, raconté au présent. On voit bien que, comme dans toute action politique, on tente de mettre des choses en place, on voit la réaction du côté des Allemands et du côté de l’opinion française, puis on réajuste. Le problème, c’est que ce gouvernement qui a pris le pouvoir a pactisé avec le diable, pour différentes raisons que le film explique.»

Entièrement construit à partir d’archives, sans témoignage, le film laisse la parole aux images. «Dans cette histoire, il n’y a pas de héros, il n’y a que des gens qu’on n’a pas envie d’aimer. Mais l’auteur que je suis ne peut pas juger ces personnages a priori, il doit les laisser vivre.»

Des images de sources diverses: cinémathèques françaises, allemandes, anglaises, de Gaumont Pathé, de l’INA, du CPAD, et un peu de la Bundesarchiv à Berlin…

Soit des mois et des mois de recherches d’images et de visionnage. Une démarche particulière qui donne une touche toute particulière à ce documentaire saisissant.F.G.

France 3, 20.45