Élections -

La question des gouvernements symétriques surgit dans la campagne

La question des gouvernements symétriques surgit dans la campagne

Louis Michel a exprimé le souhait de voir le MR participer au pouvoir tant au niveau fédéral qu’aux niveaux régional et communautaire. AFP

L’éventualité de former des gouvernements «symétriques» (avec la même composition aux différents niveaux de pouvoir) a déboulé ce week-end dans la campagne électorale, tant au sud qu’au nord du pays.

Du côté francophone, le député européen et ancien ministre fédéral Louis Michel a exprimé dimanche le souhait de voir le MR participer au pouvoir tant au niveau fédéral qu’aux niveaux régional et communautaire après les élections du 25 mai prochain.

«Si on compte sur le MR au niveau fédéral, il ne faudra pas juste utiliser le MR comme marchepied pour poursuivre un mandat de Premier ministre et l’ignorer aux niveaux régional (en Wallonie) et communautaire (à la Fédération Wallonie-Bruxelles)», a-t-il affirmé lors de l’émission «L’Indiscret» de la Rtbf dont il était l’invité.

En Flandre, tant les libéraux de l’Open Vld que les socialistes du sp.a ont également exprimé leur préférence pour des gouvernements «symétriques» aux niveaux fédéral et régional.

Le président de l’Open Vld, Alexander De Croo, et le député flamand Jean-Jacques De Gucht ont tous deux, dans des interviews publiées samedi, indiqué leur préférence pour une telle formule.

Le parti libéral flamand fait partie de la majorité fédérale mais est dans l’opposition en Flandre.

«J’accorde une grande importance à la stabilité politique, Et donc, oui, il faut des gouvernements symétriques» pour une meilleure coopération entre les différents niveaux de pouvoir, a affirmé M. De Croo au quotidien ‘Het Nieuwsblad’.

Il a ajouté qu’il n’entrait pas dans l’intention de son parti de «dépanner» pour former une coalition après le 25 mai si les libéraux n’étaient pas mathématiquement nécessaires.

Son homologue du sp.a, Bruno Tobback, a déclaré dimanche «se retrouver» dans le point de vue exprimé par l’Open Vld.

Il a, sur le plateau de l’émission dominicale De Zevende Dag de la VRT, plaidé pour un «fédéralisme coopératif» et pour des coalitions symétriques «qui en sont peut-être la meilleure garantie».

Selon M. Tobback, l’«ambition» doit être d’avoir la même majorité aux niveaux flamand et fédéral.

Le ministre des Finances, Koen Geens (CD&V), a pour sa part prudemment rappelé, lors de la même émission, que la composition des différents gouvernements dépendrait des résultats des élections du 25 mai. Il s’est néanmoins prononcé pour la formation de gouvernements «stables».