Buzz -

Nicolas Bedos: sa nouvelle chronique cinglante sur les juifs, Dieudonné et Hollande

Nicolas Bedos a fait une nouvelle chronique cinglante samedi soir dans «On n’est pas couché». Si la dernière en date parlait de Dieudonné, l’humoriste est à nouveau revenu sur la controverse mais aussi sur l’affaire Hollande.

Alors que sa dernière chronique sur Dieudonné dans «On n’est pas couché» sur France 2 lui avait valu des menaces de mort, Nicolas Bedos a fait une nouvelle chronique cinglante samedi soir sur le plateau de Laurent Ruquier.

Dieudonné, l’affaire Hollande-Gayet, les juifs, la manif pour tous, l’humoriste surfe sur les sujets sensibles qui secouent la France.

Nicolas Bedos a commencé par revenir sur sa chronique qui a fait tant parler d’elle: «Quel bonheur pour moi de revenir en France. Car, oui j’ai été contraint de m’absenter quelque temps suite à une petite chronique légèrement taquine sur monsieur Mbala Mbala Mbala, etcetera. [...] Une chronique qu’apparemment son élevage de molosses n’a pas bien digéré.»

« Les juifs, lâchez-moi la grappe »

Dans la suite de son sketch, il remercie, avec humour, l’´État israélien de bien avoir voulu le cacher pendant quelques semaines. L’humoriste se lance alors dans l’explication de son séjour: «J’ai un peu fait de shopping dans la Bande de Gaza, l’aventure c’est l’aventure. Il y a un petit côté guitare autour du feu. Peu de guitare mais beaucoup de feu».

«Je les remercie pour leur soutien mais je demande du fond du cœur à tous les juifs de France de me lâcher la grappe», supplie Nicolas Bedos. «Ce n’est par parce que je me suis opposé à Dieudonné que vous avez le droit de me faire des bisous dans la rue, ou de m’appeler Samuel», poursuit-il.

« Avec la tronche que t’as François, si ce n’est pas de l’abus de pouvoir ! »

Puis Nicolas Bedos évoque la France et «les actrices dans lesquelles François Hollande a osé s’introduire». Il aborde, sans surprise, la relation du président français avec l'actrice Julie Gayet : «Cher François, que ce soit bien clair! L’ Élysée, c’est à toi. Le jardin, Valérie Trierweiler,... toutes ces vieilleries, on te les offre. Mais alors, les gonzesses ce sont nos attributions».

«Et en plus tu commences par Gayet, ajoute l’humoriste. Mais Gayet c’est du lourd mec. Nous, Gayet, on la tente en 4e année. Moi ça fait 7 ans que je potasse le dossier. Gayet t’as pas le droit!»

Et de conclure: «Avec la tronche que t’as, si c’est pas de l’abus de pouvoir!». Et boum!

Nicolas Bedos s’adresse à l’actrice Julie Gayet: «Julie mon amie, sort de là immédiatement. Tu es tombée dans un traquenard. Les hommes politiques, c’est le sida des vedettes! [...] Ma petite Julie, la politique est un poison. Reviens tout de suite à la maison».

« Obligé de se justifier sur tout »

À la fin de sa chronique, Nicolas Bedos s’est à nouveau justifié par rapport à sa chronique polémique sur Dieudonné.

«Je n’imite pas les Arabes, j’imite un abruti. Il y en a aussi chez les blancs et ils manifestent tous les dimanches dans la manif pour tous. Bref, tous les fans de Dieudo ne sont pas des racailles antisémites, tous les jeunes de banlieue ne sont pas fans de Dieudo, de même que tous les juifs et les rabbins ne souhaitent pas la mort des Palestiniens. En revanche dans ce pays de merde, tous les types dans mon genre sont obligés de finir leur putain de chronique en se justifiant sur tout.»

Et de terminer: «N’oubliez jamais tout ça c’est que pour s’amuser.»