Berlin : George Clooney rend à César…

Berlin : George Clooney rend à César…

George Clooney et John Goodman à la Berlinale. Clooney présente son 5e film en tant que réalisateur. Reporters / All Access

C’est un Clooney très en forme qui vient de présenter à la Berlinale (Festival international du film de Berlin) sa 5e réalisation: «The Monuments Men».

Habitué de la Berlinale, George «What else» Clooney y présentait samedi soir son nouvel opus, entouré de son impressionnant casting composé de Matt Damon, Bill Murray, Jean Dujardin, Bob Balaban et John Goodman.

Le vieux couple Clooney-Damon

Était-ce l’ennui des questions désolantes des journalistes ou un repas trop copieusement arrosé, mais c’est une bande de joyeux drilles qui est apparue à la conférence de presse, s’amusant à pousser la chansonnette à la moindre occasion face à une salle bondée de journalistes. Certainement un reflet de l’ambiance sur le tournage…

Après la trilogie des Ocean’s 11-12-13, Confession of a dangerous mind et Syriana, le film marque la sixième collaboration entre George Clooney et Matt Damon. «Quand vous tournez avec un réalisateur en qui vous avez une entière confiance, un superbe scénario et un casting de premier ordre, explique Damon, vous n’avez vraiment pas l’impression de travailler.»

« L’art est l’âme de la société »

Pour sa cinquième réalisation, Clooney s’est tourné, une fois encore, sur le passé. Qui aurait pu imaginer que les plages du débarquement de Normandie auraient pu être foulées par des hommes férus d’art prêts à mourir pour sauver une peinture?

Inspiré d’une histoire vraie, The Monuments Men relate l’expédition de sept hommes, conservateurs de musée, architectes ou historiens de l’art, qui vont endosser le costume de soldat lors de la deuxième guerre mondiale afin de récupérer les œuvres volées par les nazis, soit plus de 5 millions d’objets!

«En lisant le livre de Robert M.Edsel et Bret Witter sur cette histoire, a expliqué Clooney, cela m’a rappelé des films comme Les canons de Navarone ou La grande évasion. C’est le genre de récit qui donne envie d’en faire un film, mais un film sur l’art. »

« L’art est l’âme de la société, surenchérit Matt Damon. Il représente les plus belles choses que nous avons accomplies. Les détruire revient à supprimer quelque chose d’irremplaçable. »

Le sujet est revenu à la une voici peu puisque, en décembre dernier, 1 400 œuvres volées ont été retrouvées chez le fils d’un marchand d’art nazi à Munich.

« Et je pense qu’on retrouvera encore beaucoup d’œuvres dans des caves ou autre, car il y en a énormément qui sont toujours portées disparues. C’est une histoire qui se répète, a poursuivi Clooney. Vous l’avez vu en Irak: les musées n’étaient pas protégés et regardez tout ce qui a disparu. Il est très important de parler de la restitution des œuvres volées