Les plus de 55 ans, meilleurs amis de Facebook

Facebook a 10 ans. Associated Press / Reporters

Lancé voici 10 ans, Facebook compte aujourd’hui plus d’un milliard d’utilisateurs. Un nombre qui va encore enfler grâce à l’arrivée des plus de 55 ans.

Pour le réseau, des amis de choix vu leur pouvoir d’achat.

Facebook fête ses dix ans en ce début février. Pour le roi des réseaux, l’âge de la maturité. Il a dépassé une entrée en bourse catastrophique et est en train de se transformer en machine à rentrées publicitaires. Seule ombre au tableau, le fait que les ados semblent le délaisser.

Selon certaines études, le nombre de membres dans la tranche d’âge 13-17 ans aurait ainsi diminué de 3 millions (-25%) aux États-Unis. Peut-être le début d’un mouvement de fond, avec, au final, le risque pour Facebook de sombrer dans l’oubli, à l’image de MySpace, son prédécesseur.

Vers quels réseaux migrent ces jeunes, et pourquoi? En gros, le transfert se fait vers des plateformes comme Twitter et ses messages de 140 signes, Snapchat et son partage de photos qui ne s’affichent que quelques secondes, ou encore Instagram (*) et Pinterest, qui allient réseau et partage d’images.

En cause, notamment, des outils technologiques jugés plus intéressants par les jeunes, car plus intuitifs, plus marrants, voire éphémères. Mais aussi, des plateformes moins phagocytées par les adultes, où le contrôle est donc moindre.

« Les ados remplacéspar leurs grands-mères »

Ce n’est plus le cas de Facebook. À l’origine réservé aux étudiants, le réseau s’est ouvert depuis 2006 à tous, ce qui explique d’ailleurs son succès. «Facebook a rendu le monde plus petit, plus interactif. Il unit des familles, des amis, des voisins à travers le monde. C’est un vrai phénomène de société », observe ainsi Trip Chowdhry, un analyste.

Bref, pour les ados, Facebook n’est plus nécessairement tendance. De quoi, pour le groupe, craindre un réel mouvement désertion?

Selon plusieurs expertes, non. Le réseau peut dire merci à l’arrivée massive d’internautes bien plus âgés que ceux ayant compté jusqu’ici. Ceux-là l’utilisent pour retrouver des amis perdus de vue depuis longtemps, pour rester en contact avec leur famille, leurs collègues…

«Les gens blaguent sur le fait que pour un adolescent, ce n’est pas cool d’avoir sa mère sur Facebook. Mais ce n’est même plus la mère, c’est la grand-mère », sourit d’ailleurs Lou Kerner, autre spécialiste, à propos de l’âge de ces nouveaux utilisateurs.

Preuve de cette arrivée massive, ce chiffre: 12,5 millions de plus de 55 ans se sont nouvellement inscrits sur Facebook aux USA, ce qui représenterait une hausse de 80%. De quoi compenser largement le départ des jeunes.

Plus de 55 ans : un plus gros pouvoir d’achat

Certains experts jugent d’ailleurs que le vieillissement des membres de Facebook pourrait être positif pour ses revenus; les usagers plus âgés étant ceux qui ont le plus de pouvoir d’achat. Or, la vaste majorité des achats en ligne provient des 25 ans et plus. «Avec ces chiffres à l’esprit, le déclin des utilisateurs âgés de 13 à 24 ans devient presque hors de propos», conclut cet expert.

Bref, Facebook a encore de beaux jours devant lui. D’autant que les jeunes qui le fuient pourraient très bien y revenir…

«Tout le monde dans mon groupe d’amis est passé par ce stade où on déteste Facebook et on supprime son compte, raconte Susannah, une jeune étudiante américaine. J’étais l’une des premières à y revenir. Tout le monde a lentement fait pareil. »

Eh oui: une fois habitué, difficile de ne pas rester à jour avec ses amis.

(*) racheté par Facebook en 2012.