Un p’tit déj’équilibré à l’adolescence pour prévenir les maladies

Un p’tit déj’équilibré à l’adolescence pour prévenir les maladies

Les mauvaises habitudes alimentaires dès l’adolescence peuvent avoir des effets néfastes à l’âge adulte. RelaxNews

Une étude suédoise montre que les adolescents qui négligent le petit-déjeuner sont plus susceptibles de développer des symptômes de syndrome métabolique, comme la tension artérielle et le diabète sucré, à l’âge adulte.

En fait, cette étude prouve que les jeunes qui sautent le premier repas de la journée, ou optent pour des aliments peu équilibrés le matin, enregistrent un risque 68% plus important de développer un syndrome métabolique que ceux qui prennent un bon petit-déjeuner.

Le syndrome métabolique fait référence à plusieurs facteurs de risque pouvant entraîner des maladies cardiovasculaires ou du diabète. Ces facteurs sont par exemple une surcharge pondérale au niveau de l’abdomen, un fort taux de triglycérides ou un niveau trop bas de HDL (lipoprotéines de haute densité), mais aussi le fait d’avoir de la tension artérielle ou une trop grande concentration de sucre dans le sang.

Pour mener leur étude, des scientifiques de l’université d’Umea ont passé en revue les habitudes alimentaires au petit-déjeuner de 889 adolescents de 16 ans en utilisant des questionnaires.

Ils ont ensuite fait passer des examens médicaux aux mêmes participants, 27 ans plus tard, à l’âge de 43 ans.

Les chercheurs définissent de mauvaises habitudes alimentaires au petit-déjeuner comme le fait de sauter ce repas ou de manger des aliments sucrés peu équilibrés.

«De plus amples recherches sont nécessaires pour comprendre les mécanismes qui relient un mauvais petit-déjeuner et le syndrome métabolique, mais nos résultats et ceux d’études précédentes montrent qu’un mauvais petit-déjeuner peut avoir un effet négatif sur la régulation du niveau de sucre dans le sang», a noté l’auteur de l’étude Maria Wennberg.

Les résultats de ces recherches sont parus dans la revue Public Health Nutrition.