FORMULE 1 - Essais à Jerez

Ça (sur)chauffe entre Red Bull et Renault

Ça (sur)chauffe entre Red Bull et Renault

«Nous avons peu roulé, mais beaucoup appris de chaque tour» dit-on chez Red Bull. Leçon N.1: il reste du travail (pour Renault)! . AFP

Les premiers essais d’avant-saison ont tourné en eau de boudin pour les teams motorisés par Renault. Dont Red Bull, fâché.

Très peu en verve et rarement en piste lors des trois premiers jours, mardi, mercredi et jeudi, les F1 motorisées par le moteur V6 Renault (Red Bull, Toro Rosso et Caterham) n’ont guère mieux fini cette première session saisonnière, vendredi à Jerez. Quuoi que le revenant Kobayashi, qui avait quitté la F1 fin 2012, a pu sauver l’honneur du motoriste français en bouclant 41 tours dans sa Caterham. Incroyable!

Quoi qu’il en soit, la situation est si grave que Red Bull a plié bagages avant l’heure, vendredi, à la suite de nouveaux ennuis survenus après sept tours seulement sur la RB10 de Daniel Ricciardo… Au final, Vettel et le successeur de Mark Webber auront bouclé péniblement 21 petits tours en quatre jours! Pour 62 à Hamilton ou 58 à Alonso jeudi; 115 à Alonso encore ou 110 à Magnussen vendredi, à titre d’exemples.

Le feu couve-t-il entre Red Bull et Renault et pas uniquement parce qu’il s’agit de problèmes de… surchauffe? Le motoriste assume des responsabilités pour des problèmes électriques survenus mardi, mais d’autres soucis viendraient plutôt de l’installation des systèmes hybrides dans les flancs de la RB10, le directeur technique Adrian Newey ayant privilégié l’aérodynamique, au détriment du positionnement des batteries et des moteurs électriques d’appoint, qui chauffent maintenant trop.

«Ce fut une session vraiment très difficile, a globalement regretté le Team Principal, Christian Horner. Nous avons rencontré de nombreux problèmes avec Renault ainsi qu’au niveau du refroidissement du châssis, ce qui a affecté notre progression».

Et histoire de mettre encore un peu plus la pression sur le motoriste, le coordinateur de l’ingénierie de course, Andy Damerum, ajoute: «Deux semaines (Ndlr: d’ici aux prochains tests du 19 au 22 février à Bahreïn), c’est long en F1 et je suis sûr que Renault se donnera à fond pour résoudre les problèmes que nous avons rencontré».

Le ton est donné: le losange doit redresser la barre! Et comme si cela ne suffisait pas, le directeur des opérations piste de Renault Sport F1, Rémi Taffin, n’était pas au circuit vendredi. Victime d’une crise d’appendicite, il s’est fait opérer d’urgence jeudi soir dans un hôpital espagnol!

Vendredi sur la piste andalouse (mouillée en début de journée, sèche ensuite), c’est Felipe Massa (Williams-Mercedes) qui a signé le meilleur temps (1:28.229) devant Alonso (Ferrari, 1:29.145) et Juncadella (Esp/Force India-Mercedes, 1:29.457).Ar.B.