Cyclo-cross - Mondiaux de Hoogerheide (Pays-Bas)

Il ne suffira pas au clan belge de paraître

Van der Haar et Stybar vont-ils empêcher Nys de décrocher un 3e titre mondial avec 2005 et 2013? Belga

Si Sven Nys endosse le statut de favori, la concurrence étrangère se veut plus redoutable que par le passé, Van der Haar et Stybar en tête.

La décision de Zdenek Stybar de s’aligner au départ de ce Championnat du monde est venue renforcer l’enthousiasme général qui plane sur Hoogerheide. L’épreuve mondiale s’annonce passionnante, à la fois disputée et relevée. Outre le parcours néerlandais de référence, le plateau d’engagés se veut de premier choix.

Le camp belge sait pertinemment qu’il ne suffira pas de paraître, loin d’un championnat national déguisé, limité à sept hommes. «Voilà longtemps que les adversaires ne s’étaient présentés aussi solides et nombreux, acquiesce le sélectionneur belge, Rudy De Bie. Van der Haar tout d’abord, il évolue en pleine confiance et très motivé sur ses terres. Attention aussi à Mourey et Walsleben, Stybar à présent, d’autres qui sait… Une bonne chose pour le cross! »

Pour la crédibilité et l’internationalisation peut-être, un peu moins pour les chances de ses hommes, même si le sélectionneur fédéral affiche une sérénité apparente. «Pour chaque étranger, j’estime posséder un coureur avec des qualités équivalentes. Sur un circuit qui peut convenir à tout le monde à condition d’arriver en forme…»

Sachant qu’il n’est guère possible de parler tactique en cyclo-cross au vu de l’intensité et de la durée de l’épreuve, certains scénarios posent tout de même question. Imaginons un départ canon d’un duo étranger, qui accompagne? Qui roule derrière? Qui… «Cela ne me tracasse pas, Nys et Meeusen, sauront réagir et gérer.» Deux noms, le Cannibale de Baal, l’icône des labourés, Champion du monde en titre, et le coureur Fidea, à l’avant-plan depuis plusieurs semaines. «Sven s’élance forcément en tant que leader incontestable et Tom (Meeusen), fort de son succès à Nommay, émarge au rang des candidats…»

Quant à Niels Albert, plusieurs fois victorieux à Hoogerheide mais actuellement hors du coup. «Je ne sais pas… Ses dernières sorties l’ont montré loin de son niveau mais dans un bon jour, il faut compter avec Niels. S’est-il caché? Je ne sais vraiment pas.»

Sur un tracé exigeant et varié, il s’agira encore de composer avec le ciel qui pourrait influer sur le scénario. Une inconnue, à l’image de l’ambition exacte de Stybar, l’invité de dernière minute. Si le Tchèque a choisi de s’aligner, enchanté par le parcours, il va rouler, fort, voire très fort. « On ne sait pas trop où il en est mais il vient avec la volonté de jouer le podium c’est certain. Il va animer les débats.»

Finalement la seule consigne de De Bie, «la» règle selon lui, c’est que les Belges ne roulent pas l’un contre l’autre au profit d’une autre nation. Un conseil qu’il aura prodigué avant aux juniors et aux espoirs. Deux catégories où les atouts ne manquent pas non plus: Peeters et Aerts chez les juniors, Van Aert et Vanthourenhout face aux frères Van der Poel chez les moins de 23 ans.