C’est la première fois que le président du CPAS prend la parole aux vœux. Jacques André a surtout voulu situer le centre qu’il préside, dans les perspectives assez sombres, socialement parlant, de 1914.