BRUXELLES

Manifestation à Bruxelles contre le projet de loi espagnol anti-avortement

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté ce mercredi soir à Bruxelles contre le projet de loi anti-avortement du gouvernement espagnol.

Les manifestants, au nombre de 2 000 selon les organisateurs, ont remis une lettre à un conseiller de l’ambassadeur d’Espagne à Bruxelles, avant d’effectuer une marche aux flambeaux jusqu’aux abords du Parlement européen.

Dans une ambiance plutôt festive, ils portaient des banderoles avec les slogans «Vos rosaires hors de nos ovaires» et «Mon corps, mes choix», ou encore «Medieval laws in Europe, no» (non aux lois médiévales en Europe) et «Pro-life is a lie, you don’t care if women die» (Pro-vie, c’est un mensonge, ça ne vous fait rien si des femmes meurent).

«Nous souhaitons faire changer d’avis le gouvernement espagnol et faire pression sur les députés espagnols, qui doivent encore se prononcer», a déclaré l’une des organisatrice de la manifestation, Julie Laot, en se disant «agréablement surprise» par la mobilisation.

«Les gens ne croyaient pas à un possible retour en arrière, mais ils se rendent compte avec l’Espagne, qui est pourtant une démocratie, que ça peut arriver», a-t-elle ajouté.

Plusieurs députés européens, notamment socialistes et écologistes, ont pris part à la marche, organisée par la plateforme Abortion Right!, qui rassemble quelque 25 associations belges, dont des fédérations de planning familial, des mutuelles et des mouvements féministes.

En France, une manifestation est prévue le 1er février en soutien aux féministes espagnoles qui défendent l’avortement, à l’appel du mouvement «La marche mondiale des femmes» qui se rendra devant l’ambassade d’Espagne à Paris.

Le gouvernement conservateur espagnol de Mariano Rajoy a approuvé un projet de loi qui supprime l’avortement en Espagne sauf en cas de danger prouvé pour la vie ou la santé physique ou psychologique de la femme, ou après un viol ayant fait l’objet d’une plainte préalable. Il doit encore passer devant le Parlement où le Parti populaire détient la majorité absolue.