Monde -

Nicolas Bedos menacé de mort après sa chronique sur Dieudonné

Ce mardi, Nicolas Bedos était l’invité d’Europe 1. L’occasion pour lui de revenir sur l’humoriste controversé Dieudonné après sa chronique cinglante dans l’émission «On n’est pas couché».

Samedi dernier, Nicolas Bedos a réagi à la polémique Dieudonné en réalisant une chronique cinglante sur l’humoriste français dans l’émission «On n’est pas couché». Quenelle, salut nazi, tout y était passé.

Ce matin, l’écrivain était l’invité de l’interview vérité d’Europe 1 pour revenir sur cette affaire. Face à Thomas Sotto, Nicolas Bedos a expliqué pourquoi, selon lui, ses excès en matière d’humour n’étaient pas comparables à ceux de Dieudonné.

« Je respecte beaucoup de choses que Dieudonné ne respecte pas »

«Quand il s’appelle Dieudonné, l’humour est au service d’une pensée extrêmement obscure voire dégueulasse. Quand il s’appelle Bedos, père ou fils, l’humour est utilisé plus pour la paix que pour la guerre », explique-t-il en ajoutant que mille différences séparent les deux hommes. « Je respecte la communauté juive, la Shoah, je respecte beaucoup de choses que Dieudonné ne respecte pas, je respecte les femmes», continue-t-il.

« Je tiens à prouver que l’on peut dépasser les limites »

Sur sa chronique, il explique: «J’ai essayé de pratiquer un humour qui m’amuse. Si j'ai fait cette chronique, c’est parce que je tiens à prouver que l’on peut dépasser les limites. J’ai fait cette chronique pour m’adresser à Dieudonné, à ses fans et aussi à tous les censeurs en puissance qui vont profiter de cette affaire Dieudonné pour nous empêcher de dépasser les limites, transgresser les règles. »

Manuel Valls critiqué

Nicolas Bedos continue en critiquant la politique d’interdiction de Dieudonné soutenue par Manuel Valls, qui ne sert qu’à lui faire encore plus de publicité en le faisant passer pour une idole qui, grâce à cela, fédère toujours un peu plus son public.

Un public «cimenté sur un mensonge, poursuit Bedos. Celui selon lequel Dieudonné défend la Palestine. Alors qu’il ne sert à rien dans cette affaire à part créer de l’antisémitisme ». En antisémitisme qu’il explique en France par le fantasme d’une partie de la population sur un lobby juif «qui n’existe pas».

«Je vis en ce moment chez un ami à cause des menaces»

Pour terminer, Nicolas Bedos qualifie de «frileux», certains humoristes qui n’osent pas réagir sur le sujet Dieudonné, prévoyant ce qui lui arrive à lui: un «boycott».

«En simplifiant ce que j’ai dit, il m’a fait passer pour un anti-arabe, pour un raciste», explique-t-il.

Et de conclure que sa chronique lui a valu «le remerciement, la louange, l’insulte. Mais également des menaces physiques, de mort. À cause de ça, je vis en ce moment chez un ami. J’ai reçu des centaines de menaces de casse de gueule et également des menaces de mort prises au sérieux par la police. Ce qui est extraordinaire, c’est que ceux qui veulent me taire sont ceux qui demandent à ce que Dieudonné ne soit pas tu! Ils veulent bâillonner un jeune type alors que le leur selon eux est un martyr. »

Des menaces que connaît bien l’homologue féminine de Nicolas Bedos, Myriam Leroy, attaquée de toute part après sa chronique sur Dieudonné dans une émission de Canal +.

Nos dernières videos