FOOTBALL

La FIFA : les pros de l’amateurisme

La FIFA : les pros de l’amateurisme

Reporters

Dans le monde du ballon rond, il y a un club qui a du mal à tenir son rang depuis de nombreux mois. Son nom ? La FIFA !

C’est la petite polémique footballistique de ce début d’année : quelques heures à peine après que son secrétaire général, Jérôme Valcke, n’annonce que la Coupe du monde 2022 se jouera en hiver en raison des fortes chaleurs estivales qataris, voilà que la FIFA elle-même prend ses distances avec les propos de son N°2. Esseulé désormais en pointe de l’attaque, le bras droit de Joseph Blatter aura beau redescendre d’une ligne (ou deux), sa sortie ne fera que pointer les incohérences – pour ne pas dire l’incompétence – d’une institution abonnée aux couacs à répétition.

Car si la FIFA préfère attendre encore quelques mois avant de confirmer ce que n’avance déjà Jérôme Valcke – évidemment que le Mondial 2022 ne se jouera pas dans la fournaise qatarie ! –, cette nouvelle erreur de communication ne va pas redorer son blason. Déjà dans les cordes après une Coupe des confédérations en demi-teinte où les manifestants brésiliens avaient mis à mal « la beauté de la compétition », la Fédération internationale a accumulé les bourdes depuis lors. Tantôt autoritaire lorsqu’elle repousse de façon incompréhensible la date butoir des votes pour le Ballon d’Or 2013, tantôt passive lorsqu’il s’agit de décider dans quel(s) chapeau(x) seront regroupés les pays européens non têtes de série au Mondial 2014, l’institution n’a rien d’un leader charismatique.

Pire, si la FIFA sombre, son entraîneur, le fameux Sepp Blatter, semble incapable de trouver des solutions pour remettre ses troupes sur le droit chemin. Il faut dire que le coach Suisse n’est peut-être pas le bon exemple. Traiter Cristiano Ronaldo, le meilleur joueur actuel au monde, de « commandant » et d’athlète superficiel – « L’un (Cristiano Ronaldo) dépense en tout cas plus d’argent pour ses cheveux que l’autre (Messi) » - devant un parterre d’étudiants n’était sans doute pas la chose la plus intelligente à faire. Et que dire de sa dernière sortie : « Le Brésil a commencé beaucoup trop tard (sa préparation pour la Coupe du monde » ? Comme si le problème lui était apparu dans la nuit…

Bref, en pleine période de mercato, la FIFA aurait bien besoin de renouveler une partie de son staff. Ou alors préparer un stage hivernal pour ses cadres. Au menu ? Communication et repli défensif.