Mondial 2014 -

Rio: des athlètes manifestent pour sauver leur stade, voisin du Maracana

Rio: des athlètes manifestent pour sauver leur stade, voisin du Maracana

Le stade Celio de Barros a été fermé en janvier 2013 et sa piste a été arrachée. Subsiste, seule, sa tribune principale qui domine un terrain en friche. AFP

De jeunes athlètes brésiliens ont manifesté jeudi à Rio pour exiger la réhabilitation du stade d’athlétisme de Celio de Barros, fermé depuis un an dans le cadre des travaux de rénovation du stade Maracana en vue du Mondial 2014.

«L’ironie est que dans deux ans, nous allons organiser les premiers Jeux olympiques en Amérique du Sud, mais ce stade tombe en ruine», explique Edneida Freire, entraîneur de jeunes athlètes des favelas qui venaient s’entraîner à Celio de Barros.

Ce stade de 9.000 personnes attenant au Maracana a fermé en janvier 2013 et sa piste a été arrachée. Subsiste, seule, sa tribune principale qui domine un terrain en friche.

Dans un premier temps, le consortium privé chargé de la rénovation du Maracana envisageait d’y construire un centre commercial, mais il a reculé devant le tollé provoqué par ce projet.

Désormais, il est prévu d’en faire un espace de stationnement le temps du Mondial 2014, mais aucun nouveau projet n’a encore été annoncé pour la suite.

«Ici, seul le football importe», soupire le collègue d’Edneida Freire, Renato Cosentino.

«Un centre commercial, vous pouvez le construire n’importe où, mais comment cela va permettre le développement d’athlètes locaux? Seules les entreprises de construction en profitent», grogne-t-il, déplorant plus généralement le manque d’infrastructures pour les jeunes athlètes cariocas.

«Tout le monde s’entraînait ici, il n’y a pas d’autre endroit à Rio», poursuit-il.

À une époque pas si lointaine, Celio de Barros accueillait les plus grands athlètes du monde. En 1996, un meeting y avait vu évoluer la légende de la perche Sergeï Bubka et le sprinteur américain multimédaillé Michael Johnson, juste avant les Jeux d’Atlanta.

Les travaux de rénovation du Maracana, qui accueillera la finale du Mondial 2014, ont coûté plus de 450 millions de dollars. Selon les autorités de Rio, la réhabilitation de Celio de Barros coûterait 10 millions de dollars, une goutte d’eau comparée aux milliards investis pour accueillir le Mondial et les JO.

Des manifestations autrement plus violentes que celle des jeunes athlètes ont éclaté ces derniers jours aux abords du Maracana, où les riverains protestent contre la démolition de maisons dans le cadre de la rénovation du quartier pour le Mondial.