VU SUR INTERNET

Un fou du volant en BMW sur l’E314: la vidéo utilisée par la police

La vidéo circule sur les réseaux sociaux depuis quelques jours. On y voit une BMW sur l’E314 couper la route à un autre véhicule et freiner à bloc devant lui. La police compte s’en servir pour retrouver ce dangereux automobiliste.

Les images sont datées du 24 janvier 2013 mais il s’agirait d’une erreur de réglages. Les faits se seraient en fait produits le 31 décembre dernier. Ils ont été filmés par une dashcam, caméra du tableau de bord, du véhicule qui a subi les événements.

«Je roulais avec ma camionnette sur la E314 entre Aarschot et Scherpenheuvel (NDLR: dans la Brabant flamand). Après avoir dépassé un camion, j’allais me rabattre sur la droite et regardez ce qui s’est passé alors que j’avais pourtant mis mon clignotant», écrit Chris Verhaegen sur sa page Facebook en commentaire de la vidéo que vous pouvez voir en haut de cet article.

On y voit une BMW surgir de la droite pour lui faire une «queue de poisson». Et le chauffard n’en reste pas là: à plusieurs reprises, il freine brusquement juste devant la camionnette qui finit par quitter l’autoroute à la sortie suivante.

"Preuve illégale"

Le numéro de plaque de la BMW est clairement lisible. Et selon Het Laatste Nieuws, la police s’est saisie de l’affaire. Et cela fait grincer des dents. Au niveau des données privées divulguées sur Internet notamment. Le juriste Matthias Dobbelaere estime ainsi que publier ce genre d’images où on peut identifier quelqu’un (via sa plaque dans ce cas-ci) est contraire à la loi sur la protection de la vie privée. Dans sa carte blanche, il souligne aussi qu’une fois identifié, le chauffard peut alors «voir sa réputation écornée et subir des dommages économiques après un tel lynchage public.»

Interpellée par Debbolaere sur Twitter pour cette «preuve illégale», la police fédérale a dit avoir ouvert une enquête mais qu’il revenait au parquet de voir les (pour)suites à donner dans cette affaire.

+ MISE A JOUR | Un bijoutier pris par erreur pour le fou du volant sur l’E314: «On m’a traité comme un gangster»