POLITIQUE

Fournaux sur le départ de Borsus : « Au MR, plusieurs sont sur le cul »

Fournaux sur le départ de Borsus : « Au MR, plusieurs sont sur le cul »

EdA

Le bourgmestre MR de Dinant a été surpris par la candidature de Willy Borsus dans le Luxembourg. Il lui tire son chapeau. Et se dit dans les starting blocks

L’un des premiers concernés par le départ du poids lourd Willy Borsus vers les cieux luxembourgeois, c’est bien sûr le mayeur de Dinant, Richard Fournaux.

Richard Fournaux, que Willy Borsus se présente dans le Luxembourg et non plus en province de Namur, ça vous a étonné ?

Ah c’est une grosse surprise. Je n’ai été prévenu par Willy que jeudi début d’après_midi. Personne ne s’y attendait. J’ai rencontré plusieurs personnes du MR. Et, passez-moi l’expression, ils sont tous sur le cul...

C’est une bonne chose selon vous ?

Oui, c’est très bien joué de la part de Willy. C’est une belle opération. Et c’est aussi courageux car c’est risqué.

C’est quand-même un peu particulier comme démarche : habiter une province, se présenter dans une autre...

Dans le cadre d’un possible changement de majorité, non. L’enjeu est wallon. C’est clair que tout le monde ne pourrait pas se permettre ça. Mais le rôle de Willy dépasse les frontières de son arrondissement. D’abord en tant que vice-président du MR. Et ensuite parce qu’il est déjà impliqué dans la province du Luxembourg depuis pas mal de temps . Notamment dans le monde hospitalier. Ce n’est pas comme s’il débarquait dans un endroit où il est totalement inconnu.

C’est un plus pour le MR ce transfert ?

Indéniablement. Ne soyons pas naïfs. Willy restera actif dans la province de Namur aussi. Ce qui va permettre une sorte de coalition Namur-Luxembourg qui aura un effet démultiplicateur. C’est une opportunité pour le MR, en province de Namur et Luxembourg, de rivaliser avec le hainaut et Liège, ce que nous n’avons pas toujours l’occasion de faire. Tout le monde sera bénéficiaire de cette opération.

Y compris vous. D’un point de vue personnel, ce transfert vous arrange, après Sabine Laruelle, ça libère une nouvelle tête de liste. Vous êtes dans les starting blocks ?

je l’ai toujours été. D’autant plus depuis que j’ai été acquitté. AUX dernières provinciales, j’étais en milieu de liste. On ne m’avait pas fait de cadeau. Je ne sais pas si le parti m’en fera un dans ce cas-ci. Mais je suis prêt.

Au fédéral ou à la Région ?

Entre les deux mon cœur balance. J’ai l’habitude de la Chambre et du Sénat et j’ai fait des efforts pour parler néerlandais. Mais d’un autre côté, avec les nouveaux transferts de compétence, le poids de la région va être de plus en plus important...