« Un problème de transparence, pas de sécurité alimentaire »

Sabine Laruelle, vous êtes la ministre des Classes moyennes et en charge de la Sécurité alimentaire (MR). Ces pains congelés des supermarchés vous inquiètent ?

On les achète et on les congèle chez soi sans savoir…

Non. Ca ne pose pas de problème de sécurité alimentaire. Tout opérateur est tenu de respecter les normes et règles. Ici ce sont des pâtons qui arrivent congelés pour être cuits. C’est comme si vous utilisez des légumes congelés pour faire votre soupe. Après vous pouvez très bien recongeler votre soupe. Maintenant, autre chose est la transparence du processus. Il serait pour le moins plus correct d’informer le consommateur que ce pain provient de pâtons surgelés dans un autre pays.

Ces pains cachent leur origine industrielle et concurrencent les artisans.

L’appellation d’ « artisan » n’était jusqu’à présent pas protégée dans notre pays. Cela change précisément aujourd’hui. Le conseil des ministres adopte un avant-projet de loi qui définit ce qu’est un artisan. Cela vaudra pour les produits de bouche mais aussi pour ceux qui travaillent le cuir, le verre… Avec cette définition, les artisans bénéficieront d´une protection plus importante.

Les « vrais » boulangers seront protégés ?

Il ne s’agit pas de protéger mais d’informer. Nous avons encore de vrais artisans chez nous et le consommateur doit pouvoir avoir l’information. Plus de 270 000 entreprises sont actives dans le secteur de l ´artisanat en Belgique, soit plus de 35 % de l´ensemble des sociétés assujetties à la TVA. La loi définissant l’artisanat pourra être complétée par des critères spécifiques. On pourra très bien dire que pour être boulanger artisan, on doit réaliser sa pâte soi-même.

Votre définition d’artisan lui permettra d’employer jusqu’à vingt travailleurs. C’est beaucoup, non ?

Cela a fait l’objet de longues discussions. Mais prenons mon boucher, un artisan qui fait tout lui-même et qui, pour cette raison, a plein de succès. Il a ouvert une seconde structure. Il a à présent 13 ou 14 employés. Les très bons boulangers, c’est pareil. Ils ouvrent vite un second ou troisième point de vente. La définition de l’artisanat ne doit pas être un frein à engager du personnel. ¦ C.Ern.