Aménagement du territoire

Aménagement du territoire: «Il faut recommencer l’enquête publique»

Le MR a déniché des «oublis majeurs» dans le projet de Sder soumis à enquête publique. «Il faut recommencer», dit Willy Borsus.

La canalisation de gaz part de Ben Ahin, avant de filer vers Marchin, Ohey, Havelange, Somme-Leuze, Marche-en-Famenne, Nassogne, Saint-Hubert, Libramont, Arlon… avant de poursuivre sa route vers le Grand-Duché.

Mais cette conduite ne figure pas dans les cartes du projet de Sder, le schéma de développement de l’espace régional, soumis en ce moment à enquête publique (jusqu’au 13 janvier pour la population).

Et alors? «Alors, gros problème », estime l’opposition MR. « Le Sder n’est pas un brouillon. C’est un document structurant soumis à consultation pour l’amender», rappelle le député wallon Willy Borsus, chef de groupe MR. Pour lui, c’est clair, il faut recommencer l’enquête publique. Le groupe pointe par ailleurs d’autres «oublis» ou « approximations ».

Trop étroit pour être structurant ?

Oubli ou question de choix? La carte ne reprend en effet que les conduites de plus de 600 mm de diamètre, Or cet axe ne fait que 508 mm. « Ça ne tient pas la route», dit le MR. D’abord, la canalisation qui transporte le gaz dans le Namurois et le Luxembourg figurait dans «Diagnostic territorial de la Wallonie», le document réalisé en 2011 par la Conférence permanente du développement territorial qui sert de base au futur Sder.

«Ensuite, Fluxys est justement en train de dédoubler le diamètre de cet axe. » Tout le premier tronçon jusqu’à Bras (Libramont) vient en effet d’être renforcé. « Et puis, on parle des réseaux structurants, de ce qui maille le territoire wallon, des axes de développement d’ici à 2040. Et le gaz est fondamental à cet égard. »

Télécoms, lignes ferroviaires…

Dans un autre registre, celui des télécoms cette fois, l’opposition constate aussi l’absence que deux autres réseaux, pourtant repris et cartographiés dans le «Diagnostic territorial» de 2011: le réseau des fibres optiques et celui des fibres en cuivre. «Rien dans le projet de Sder. Or, là aussi, on parle de réseau structurant. Et la Wallonie a du retard en la matière», fait remarquer l’opposition MR.

Quant au réseau ferroviaire, les réformateurs tiquent sur la courte liste des lignes reprises au chapitre «réseau international»: le projet de Sder n’en répertorie que deux (Liège-Bruxelles-Lille et Bruxelles-Namur-Luxembourg). «On n’évoque pas Liège-Luxembourg ou Tournai-Lille, deux formidables portes d’entrée de la Wallonie. Rien non plus sur les lignes d’ouverture vers l’Allemagne (les lignes 24 et 37), qui sont dessinées, mais pas mentionnées ».

Bref. « C’est de l’amateurisme, de l’impréparation. On a connu la même mésaventure avec Natura 2000. Au moment où on a l’ambition de se projeter en 2040 via des choix et des stratégies, on ne peut pas admettre des approximations, des oublis, des documents faits à la va-vite », conclut Willy Borsus. «Le document soumis à l’enquête publique doit être relu par l’administration et le ministre (Philippe Henry, NDLR). Des corrections doivent y être apportées et il faut recommencer le processus. » Quitte à raccourcir encore des délais déjà très serrés.